Multi Asset

COVID-19 : comment les investisseurs peuvent faire face à la volatilité ?

La pandémie de coronavirus a engendré une forte volatilité sur les marchés financiers. Les indices actions ont fluctué par rapport à leurs plus hauts historiques de février, portés par les premiers espoirs que la crise sanitaire ait atteint son paroxysme, avant de plonger en mars à cause des craintes grandissantes d'une récession mondiale.

Face à la propagation du virus, qui est passé d'une épidémie à une pandémie, et malgré les mesures prises par les responsables politiques pour soutenir leurs économies, les indices boursiers ont été fortement chahutés. De plus, les valeurs dites « refuges » telles que l'or et le dollar se sont généralement bien comportés.

Jusqu'en 2020, la volatilité était relativement atone depuis un certain temps et de nombreux indices ont réatteint de nouveaux sommets. La trajectoire de l'indice de turbulences développé en interne par AXA IM, qui suit l'évolution des paramètres basés sur la volatilité et la corrélation, illustre clairement ce schéma ; l'indice s'est établi à 13,5 le 3 janvier avant de rebondir le 20 mars à 149, un niveau jamais atteint depuis le plus fort de la crise financière de 20081. Bien que la volatilité se soit atténuée depuis cette date, l’indice s'établissait à 46,7 le 17 avril, un niveau toujours relativement élevé.

La prochaine étape

Alors que certains pays voient le nombre de cas d’infections confirmés et de décès continuer d'augmenter, d'autres connaissent un aplatissement de la courbe et envisagent de mettre fin aux confinements. Toutefois, les répercutions à plus long terme et l'impact économique restent à déterminer. Les prévisions de croissance ont été sensiblement revues à la baisse à l’échelle mondiale à l’image de la contraction du PIB chinois au premier trimestre (6,8 %), un indicateur que d’autres économies pourraient également enregistrer.

Au fur et à mesure que les politiques budgétaires et autres programmes de relance annoncés par les gouvernements et les banques centrales commencent à être mis en œuvre, le sentiment de marché s’améliore. Toutefois, la saison de publication des résultats des entreprises s’annonce décevante. Outre les effets à plus long terme de la crise sur certains secteurs, nous nous attendons également à une augmentation significative de la dette publique. Autre point important, l'incertitude autour de l’ampleur et la durée de la récession qui se profile vont sans doute continuer à générer de la volatilité sur les marchés pendant un certain temps.

L'opportunité de la volatilité

Les pics de volatilité ont tendance à suivre les événements économiques ou politiques inattendus, mais d’une manière générale, les politiques monétaires accommodantes des banques centrales ont été un déterminant important pour les marchés au cours des dernières années. Concernant le Covid-19, les mesures prises par les gouvernements et les banques centrales pour soutenir les économies et les marchés financiers ont également contribué à maintenir la liquidité, ce qui est essentiel pour que les investisseurs puissent acheter et vendre des actifs quand ils le souhaitent, sans en affecter le prix.

Alors, quelles actions les investisseurs peuvent-ils envisager lorsque la volatilité augmente, et comment faire face à ces marchés incertains ?

La volatilité joue un rôle important sur les marchés financiers. Bien qu'il s'agisse d'une mesure de stress et d'incertitude, la volatilité peut contribuer à réajuster la valorisation – parfois biaisée – de certains actifs. Pour les investisseurs qui disposent d'une tolérance au risque plus élevé à long terme, des épisodes de volatilité à court terme peuvent s’avérer une opportunité pour sélectionner des actifs de qualité avec une décote.

Il existe d'autres indicateurs de volatilité et des moyens de budgétiser le risque que les investisseurs peuvent évaluer. Par exemple, les investisseurs professionnels peuvent se tourner vers la « value at risk » (VaR) afin de mieux comprendre les dangers potentiels ; cette méthode évalue la perte potentielle d'un titre ou d'un portefeuille ainsi que sa probabilité de réalisation. Les gérants actifs sont alors à même de surveiller le risque et la perte potentielle maximale d'un investissement.

Un autre indicateur est le « drawdown » ; il mesure la différence entre le point haut et le point bas du prix d’un actif sur une période donnée. Le suivi de la liquidité sur le marché constitue également une façon d’appréhender le risque.

Faire face à la volatilité

La meilleure façon de faire face à la volatilité est de s'y préparer. La pandémie de coronavirus a été un « cygne noir », c'est-à-dire un événement rare et imprévisible qui impact significativement le marché dans son ensemble. Toutefois, les périodes de volatilité sont beaucoup plus fréquentes, même si elles ne sont pas aussi extrêmes ou durables que celle-ci. Afin de faire face aux fluctuations des marchés financiers, les investisseurs pourraient envisager d'adopter une gestion active et de conserver un portefeuille multi-actifs afin de répartir leurs capitaux sur un large éventail d'investissements, dont les obligations, les actions, l'immobilier et les liquidités.

En d'autres termes, investir en répartissant le risque fait du sens quel que soit notre positionnement dans le cycle économique, notamment face à l’inconnu et en se préparant à voir surgir le prochain cygne noir.

[1] Source AXA IM

Avertissement

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

 

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.