L'économie évolutive

Comment la digitalisation permettra-t-elle de créer un monde plus resilient après la pandémie ? - Episode 5 : La médecine

La page d’origine peut être consultée ici.

Une aide pour la santé

Dans l’immédiat, l’attention est portée sur la vaccination. Au-delà de la lutte en première ligne contre le coronavirus, la multiplication des applications et des innovations numériques améliore l’accès aux soins dans de nombreux domaines susceptibles d’offrir des opportunités aux investisseurs.

« On assiste à un changement radical dans l’adoption de la télémédecine », explique Tom Riley. « Il s’agit d’un des plus gros changements pour les patients qui ont un premier contact avec le praticien de santé. »

Avant l’apparition du coronavirus, le développement de la télémédecine aux États-Unis était lent. Malgré des investissements importants de plus de 4 milliards de dollars[1] au sein du secteur provenant de fonds de capital-risque, les espoirs des pouvoirs publics ainsi que des prestataires de santé soucieux de réduire les coûts et d’en élargir l’accès n’ont pas pu infléchir la tendance. En effet, la réglementation en freinait l’adoption et certains patients étaient réticents par crainte pour leur vie privée ou par rejet de la technologie.

TÉLÉMÉDECINE

46 % des consommateurs américains ont recours à des services de télésanté.

 

Source : McKinsey, 2020

 

La pandémie a changé la donne. Les autorités réglementaires de certains États américains assouplissent désormais les exigences selon lesquelles les médecins doivent être titulaires d’une licence délivrée dans le même État que leurs patients. Les agences fédérales ont assoupli certaines règles qui protègent la vie privée des patients, susceptible d’être plus facilement compromise en télémédecine, « à condition que les services soient utilisés de bonne foi et pour étendre la couverture Medicare (assurance maladie) aux habitants des zones rurales déjà agréées »[2]. Une telle évolution pourrait être une aubaine pour l’émergence de services de télémédecine à l’échelle nationale.

Fin mai, McKinsey a indiqué que 46 % des consommateurs américains recouraient à des services de télésanté et que 76 % se déclaraient intéressés, contre 11 % un an plus tôt[3], mais la croissance et les possibilités d’investissement qui en découlent ne se limiteront pas aux États-Unis. Selon Bloomberg, « des économies aussi diverses que la Corée du Sud (qui jouit d’un secteur technologique de pointe) et l’Inde (dont les coûts de santé sont faibles et qui dispose d’un important réservoir de médecins) étudient les possibilités offertes par l’e-santé dans un contexte où les patients hésitent parfois à consulter de peur d’attraper le virus[4] ».

Dans la région Asie-Pacifique, le marché de la télémédecine devrait passer de 8,5 milliards USD cette année à 22,5 milliards d’ici 2025 selon Market Data Forecast. Bloomberg souligne que « l’acceptation croissante du principe de consultation à distance améliore l’accès aux soins pour les populations défavorisées en Asie[5] ».

 

 

Les perspectives de croissance de la télémédecine

 

Valeur de marché dans le monde

2020 : 35,5 Mrd USD

2025 : 80,6 Mrd USD

Taux de croissance annualisé +17,85 %

 

Croissance régionale (2020-2025)

Asie +21,4 %

Amérique latine +17,2 %

Europe +14,1 %

États-Unis +14 %

Moyen-Orient et Afrique +10,8 %

 

Source : Market Data Forecast, 2020

 

En Chine, la consultation en ligne pourrait être amenée à se développer considérablement, précise William Chuang, gérant de fonds thématiques chez AXA IM à Hong Kong. « Huit milliards de visites chez le médecin ont été enregistrées en Chine l’an passé. Si vous parvenez à aiguiller ne serait-ce que 1 % de ces patients vers une consultation en ligne, cela représente un marché colossal, et cela contribuerait également à soulager la pression sur le système de santé. »

La Chine est l’un des nombreux marchés dans lesquels des startups ont recours aux techniques du Big Data pour soutenir la recherche médicale. « Le fait de relier les systèmes informatiques et administratifs des 33 000 hôpitaux du pays, puis de les connecter à des institutions tierces peut permettre d’améliorer considérablement l’efficacité de l’ensemble du système », explique M. Chuang.

La pandémie devrait inciter les autorités à soutenir les leaders nationaux du secteur de la santé qui ont la capacité de produire des vaccins et d’autres médicaments sur leur marché domestique, comme AstraZeneca au Royaume-Uni et Pfizer aux États-Unis. « Les phases initiales de la pandémie ont rappelé l’importance de ces grands groupes de santé pour le pays dans lequel ils sont implantés », ajoute Tom Riley. « Il est important pour les États de pouvoir compter sur des entreprises leaders à l’échelle nationale pour soutenir les infrastructures de santé essentielles. »

Pour les investisseurs, cela assure probablement un accès continu à un large éventail de champions de la pharmacie et de la santé, mais certains gouvernements pourraient réduire le spectre de ces opportunités par leur volonté de soutenir les vainqueurs nationaux.

 

[1] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-03-23/investors-bet-billions-on-virtual-mds-before-virus-fueled-a-boom?sref=mxFiG2OM

[2] Ibid.

[3] https://www.mckinsey.com/industries/healthcare-systems-and-services/our-insights/telehealth-a-quarter-trillion-dollar-post-covid-19-reality

[4] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-07-23/pandemic-bolsters-case-for-telemedicine-across-asia-pacific?sref=mxFiG2OM

[5] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-07-23/pandemic-bolsters-case-for-telemedicine-across-asia-pacific?sref=mxFiG2OM

[1] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-03-23/investors-bet-billions-on-virtual-mds-before-virus-fueled-a-boom?sref=mxFiG2OM

[2] Ibid.

[3] https://www.mckinsey.com/industries/healthcare-systems-and-services/our-insights/telehealth-a-quarter-trillion-dollar-post-covid-19-reality

[4] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-07-23/pandemic-bolsters-case-for-telemedicine-across-asia-pacific?sref=mxFiG2OM

[5] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-07-23/pandemic-bolsters-case-for-telemedicine-across-asia-pacific?sref=mxFiG2OM

Avertissement

Investir sur les marchés présente des risques de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.