L'économie évolutive

Comment la digitalisation permettra-t-elle de créer un monde plus résilient après la pandémie ? - Episode 4 : Les énergies renouvelables

La page d’origine peut être consultée ici.

Une opportunité numérique pour une énergie propre

La pandémie a également été remarquable pour ce qu’elle n’a pas fait au secteur de l’énergie : ralentir la transition vers les énergies renouvelables ! Dans de nombreux pays, elle a même contribué à accélérer la tendance, les pouvoirs publics cherchant à investir dans l’énergie propre et les véhicules électriques pour amorcer une relance écologique. Une série de déclarations visant à atteindre la neutralité en matière d’émissions ont été formulées par la Chine, la Corée du Sud et le Japon, ainsi que par le nouveau président américain qui s’est engagé à inscrire le changement climatique au cœur de son mandat.

La numérisation jouera un rôle fondamental dans le processus de décarbonation du secteur de l’énergie, notamment parce que les investissements dans l’énergie propre, les infrastructures de recharge des véhicules électriques et les mesures d’efficacité sont de puissants vecteurs de création d’emplois. Selon Bloomberg Intelligence, les dépenses de l’État américain en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique génèrent cinq fois plus d’emplois par tranche d’investissement de 10 millions USD que les dépenses en faveur des combustibles fossiles.

BloombergNEF (BNEF) indique que « les entreprises du secteur de l’énergie conçoivent des produits et services numériques pour renforcer leurs activités existantes et élargir leurs sources de revenus. »[14][1]Pour les compagnies pétrolières et gazières, le numérique est une arme à double tranchant qui leur permet certes de gagner en efficacité dans leurs activités, mais qui permet également aux voitures électriques et aux énergies renouvelables de concurrencer leurs marchés traditionnels.

« Les répercussions de la pandémie de Covid-19 sur l’économie inciteront certaines entreprises du secteur de l’énergie à se diversifier. Le virus propulse au premier plan de nombreuses technologies numériques comme le contrôle à distance, l’automatisation, les drones et l’intelligence artificielle plus rapidement que prévu », explique BNEF, tout en soulignant que le secteur a été durement touché par la chute de la demande due à la pandémie, ce qui limite les ressources disponibles pouvant être affectées aux technologies numériques.

De nombreuses initiatives en matière de numérisation rendent les énergies renouvelables plus performantes et moins coûteuses. Par exemple, dans le cadre de l’exploitation et de la maintenance des parcs éoliens, l’utilisation de drones, de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée permet de réduire les coûts et d’améliorer la sécurité des contrôles de turbines ; de la même manière, l’analyse prévisionnelle permet d’identifier les dysfonctionnements en amont afin d’accroître l’efficacité de la maintenance préventive.

Les réseaux intelligents permettront d’intégrer une plus grande quantité d’énergie renouvelable et distribuée, ainsi qu’une quantité croissante de batteries de stockage, au sein du système énergétique. « Les outils numériques peuvent permettre d’équilibrer ces formes d’énergie par nature moins prévisibles, mais vous pouvez également commencer à rendre la tarification plus dynamique afin d’encourager la recharge des véhicules électriques pendant les heures creuses », souligne M. Riley. « Cela peut également permettre aux propriétaires de systèmes domestiques de stockage sur batterie ou de véhicules électriques d’être rémunérés pour réinjecter de l’électricité dans le réseau en période de forte demande. »

Les énergies renouvelables continueront de présenter une formidable opportunité à mesure que les progrès technologiques continueront de faire baisser les coûts et que le stockage sur batterie suivra, dopé par le déploiement des véhicules électriques. Une attention particulière sera également accordée à la performance énergétique, notamment dans le bâtiment. La décarbonation et l’électrification du chauffage et des transports seront également des mégatendances qui façonneront les marchés dans les décennies à venir.

Les efforts de décarbonation pourraient fortement influencer les investissements dans les infrastructures. En effet, de nombreux États souhaitent favoriser la mise en place d’une économie de l’hydrogène qui se concentrera dans un premier temps sur la décarbonation des centrales à gaz et des secteurs difficiles à décarboner comme la sidérurgie et le transport maritime.

[1] 14 BNEF Building a Software Business: a Guide for Energy Companies, 26 mai 2020.

Avertissement

Investir sur les marchés présente des risques de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.