Engagement actif : Initiatives 2017/2018

Mettre l’accent sur les questions qui, selon nous, peuvent améliorer le profil risque/rendement des sociétés dans lesquelles nous investissons. 

Nos activités d'engagement dans le monde

À travers nos activités en matière d’engagement, notre objectif consiste à utiliser notre influence en tant qu’investisseur afin d’encourager les entreprises à diminuer les risques environnementaux et sociaux liés à leurs secteurs d’activité respectifs. 

Nous avons renforcé nos activités d’engagement relatives au risque climatique. En tant qu’investisseur de taille critique, nous sommes convaincus que nous avons un rôle à jouer pour limiter le réchauffement de la planète conformément au scénario de 2 °C1. Nous pensons notamment que la nature systémique du risque climatique doit conduire les investisseurs à exercer un pouvoir d’influence collectif afin d’accompagner les changements nécessaires. Nous revoyons régulièrement notre stratégie d’engagement afin de répondre à cette question et envisageons des objectifs d’engagement supplémentaires liés au changement climatique.

Thématiques clés de l’engagement : 

Environnement

a. Engagement

Nous maintenons un dialogue constructif et exigeant directement auprès des entreprises et aussi dans le cadre de groupements d’investisseurs à l’engagement coordonné auprès de sociétés issues de secteurs clés. Les discussions sont axées sur les stratégies d’adaptation au changement climatique et à l’émergence de réglementations dans un monde résolument tourné vers la réduction carbone. Cet engagement encourage les sociétés à mieux communiquer sur leur stratégie de résilience au risque carbone face à une volonté de « décarbonisation » de l’économie mondiale. Qu’elle donne des éléments sur la stratégie ou l’intégration de divers scénarios possibles, cette communication plus transparente est essentielle, car elle permet aux investisseurs d’évaluer les opportunités et les risques inhérents au changement climatique ; nous sommes ainsi en mesure de prendre des décisions fondées pour le compte de nos clients.

Nos activités d’engagement couvrent actuellement 36 entreprises dans quatre secteurs clés : le pétrole et le gaz, les services aux collectivités, les mines et l’automobile.

 

b. Dépôt de résolutions :

À l’appui de notre engagement, nous exerçons les droits d’actionnaires de nos clients lors des assemblées générales afin d’inciter les entreprises à accélérer la planification stratégique du changement climatique. 

En 2016, nous avons déposé des résolutions lors des assemblées générales d’Anglo American, de Glencore et de Rio Tinto, toutes ayant été approuvées par les actionnaires. En 2017, nous avons notamment déposé un projet de résolution à l’issue particulièrement remarquable lors d’une assemblée générale du géant énergétique américain Exxon Mobil, puisqu’elle visait à ce que l’entreprise reconnaisse l’impact du changement climatique sur ses activités : 62,3 % des actionnaires se sont prononcés en faveur de cette résolution lors de l’assemblée générale. Une réelle victoire, car il s’agit de l’une des rares résolutions portant sur le climat ayant été approuvées en assemblée générale d’une entreprise américaine. 

Liste des résolutions climatiques en 2017

Exxon Mobil AES Corporation Ameren Devon Energy
Dominion Energy DTE Energy Duke Energy First Energy

First Energy

Hess Kinder Morgan Marathon Petroleum
Noble Energy Occidental Petroleum PPL Southern Company

 

c. Vote

Au cours de l’année, nous avons revu notre gouvernance d’entreprise et notre politique de vote afin de mettre l’accent sur le changement climatique et l’importance que nous accordons à la gestion des risques y afférents par les entreprises. Conformément à notre politique, nous voterons lors des assemblées générales en faveur de résolutions liées au changement climatique.

En 2017, le groupement d’investisseurs dont nous faisions partie a déposé et soutenu des résolutions similaires aux assemblées générales de pas moins de 15 géants pétroliers et gaziers et fournisseurs d’électricité américains. Ces résolutions sollicitaient plus de transparence dans l’information sur la gestion des risques climatiques. Nous nous sommes par ailleurs systématiquement prononcés en faveur des résolutions visant à promouvoir l’intégration stratégique des problématiques climatiques dans les activités des entreprises. 

Engagement – Perspectives 2017/2018

Plusieurs initiatives ont déjà été mises en œuvre afin d’intensifier nos efforts sur le front du changement climatique, notamment sous la forme de collaborations avec des investisseurs portés par les mêmes convictions, car nous pensons qu’un pouvoir d’influence collectif peut porter ses fruits dans ce domaine. 

Engagement GC 100 :

GlobalClimate 100+ est une initiative majeure sur cinq ans afin de cibler et mobiliser les 100 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre du monde, responsables de 85 % des émissions annuelles2.

Les objectifs poursuivis par cette initiative – réduire les émissions, renforcer les informations financières liées au climat et améliorer la gouvernance du changement climatique – sont en adéquation avec les recommandations du groupe de travail sur le reporting financier des risques liés au climat (Task Force on Climate-related Financial Disclosures – TCFD). Cette initiative s’appuie sur le travail que nous réalisons actuellement avec le groupe d’investisseurs institutionnels sur le changement climatique (Institutional Investors Group on Climate Change – IIGCC), dans le cadre duquel nous nous engageons auprès d’entreprises opérant dans les secteurs automobile et des services aux collectivités. 

Engagement TCFD 

Le Task Force on Climate-related Financial Disclosures a établi des éléments de reporting volontaires, portant sur les risques financiers liés à l’impact du changement climatique, à l’intention des entreprises dans le cadre de leur communication avec les investisseurs, les créanciers, les assurances et autres parties prenantes. Il s’agit là d’une étape décisive, car ces éléments instaurent un cadre uniforme de reporting, commun à l’ensemble des secteurs et des marchés, plaçant la gouvernance, la stratégie et le leadership des entreprises au cœur de leur communication sur les risques climatiques. Le cadre conçu par le TCFD constituera le socle de notre engagement auprès des entreprises, car au-delà des émetteurs de gaz à effet de serre, il étend la problématique de l’engagement environnemental à d’autres secteurs tout autant exposés aux risques financiers liés au climat

Vote proactif sur les risques climatiques 

Lorsque nous estimons qu’une entreprise n’apporte pas de réponse adéquate aux enjeux climatiques et que l’engagement ne porte pas ses fruits, nous utilisons nos droits de vote, parallèlement au dépôt de résolutions, pour rejeter des résolutions, notamment l’approbation des comptes et rapports annuels ainsi que des nominations et de la rémunération des administrateurs. 

Diversité au sein du conseil d’administration 

Nous pensons que seule une composition équilibrée et inclusive, mêlant compétences et expériences adéquates, peut permettre à un conseil d’administration d’assumer efficacement ses responsabilités. Cela soulève bien entendu la question de la diversité et de ses effets favorables sur la réussite pérenne des entreprises. Nous nous sommes engagés au sein de conseils d’administration en faveur de la promotion de la diversité, tant au niveau de l’équipe de direction qu’à l’échelle de l’entreprise dans son ensemble. La diversité figure désormais à l’ordre du jour et les avancées en la matière, notamment sur le front de la mixité dans les conseils d’administration, sont très encourageantes.

Parallèlement à la promotion de la diversité aux postes de direction, il convient également de l’encourager à tous les échelons en favorisant la progression interne au sein des entreprises, afin d’abolir l’« effet sablier » : forte mixité hommes-femmes au bas de l’échelle, laquelle décroît à mesure que l’on remonte dans la hiérarchie, avant de croître à nouveau au sein du conseil d’administration – mais seulement sous l’impulsion de l’engagement des actionnaires et de l’évolution réglementaire.

En matière de diversité, notre politique consistera à utiliser nos droits de vote pour renforcer la mixité aux postes de direction. En 2017, nous avons approuvé des résolutions en faveur d’une représentation accrue des femmes au sein des conseils d’administration ainsi que d’une meilleure information sur les inégalités salariales hommes-femmes, et avons soutenu la stratégie du conseil pour réduire ces écarts. 

Engagement - Schneider Electric
Mixité hommes-femmes : 42 % de femmes au conseil d’administration ; 21 % au comité de direction
Diversité internationale : 64 % de membres du comité de direction basés en dehors de l’Europe
Signataire des principes d’autonomisation des femmes
84 % des collaborateurs travaillent dans des pays qui appliquent le plan Schneider d’équité salariale hommes-femmes 

 

Vote – Alphabet Inc.
La politique d’AXA IM consiste à soutenir les résolutions en faveur de l’égalité des sexes au sein des conseils d’administration et comités de direction, d’une meilleure information sur les inégalités salariales hommes-femmes et de la diversité en général. Conformément à cette approche, nous avons approuvé une résolution lors de l’assemblée générale d’Alphabet exigeant de l’entreprise un rapport détaillant les politiques mises en œuvre et les objectifs visant à réduire l’écart de salaires entre les hommes et les femmes. Le fait qu’Alphabet commence à figurer parmi les mauvais élèves sur cette question fondamentale par rapport à ses concurrents a motivé notre décision. Plusieurs géants du secteur de la technologie, tels qu’Amazon, Apple et Microsoft, ont divulgué l’écart salarial au sein de leur entreprise et/ou se sont engagés à y remédier. La résolution n’a été approuvée qu’à 13 % des voix exprimées. 

Processus de nomination des administrateurs :

De nombreuses voix s’élèvent, indépendamment du secteur, en faveur de l’abandon du vote par résolution unique pour élire les administrateurs. Cette pratique place en effet les actionnaires face à l’obligation de choisir entre « tout ou rien » (accepter ou refuser en bloc) et les empêche ainsi d’exprimer leur vote sur la performance individuelle de chaque administrateur. Depuis trois ans, nous nous engageons avec un groupe d’investisseurs internationaux auprès d’entreprises suédoises afin de « dégrouper » les résolutions dans le processus d’élection des administrateurs. Sur les 40 entreprises ciblées en 2015, près de la moitié pratiquent désormais l’élection individuelle. Nous poursuivons bien entendu notre engagement auprès de l’autre moitié. 


ICA Gruppen
«... Par conséquent, nous vous prions instamment d’adopter le principe d’élection individuelle des administrateurs et du vote séparé dans les meilleurs délais. Nous réitérons plus loin dans cette lettre nos préoccupations face au processus d’élection par voie de résolution unique et l’importance, pour les investisseurs institutionnels internationaux, d’élections individuelles et du vote séparé... »
Extrait de la lettre d’AXA IM datée de novembre 2017.

 

Pacte mondial des Nations unies / risque de réputation

Nous avons mis en place un programme d’engagement de longue date qui cible les entreprises dont les politiques et les pratiques enfreignent manifestement les principes du Pacte mondial des Nations unies lorsque l’entreprise concernée n’a pas pris de mesure pour remédier à l’infraction. 

Nous sommes impliqués notamment auprès de Vedanta afin d’améliorer son bilan en matière de sécurité et l’impact de ses activités sur l’environnement et les communautés locales. Notre dialogue s’est révélé bénéfique, certains changements étant intervenus sous le mandat de l’ancien CEO, Tom Albanese. Nous portons désormais notre attention sur l’intégration d’aspects clés en matière de durabilité dans la culture, les activités et les pratiques de la société. 

Vedanta – Sécurité
Au cours du dernier exercice, le bilan de Vedanta en matière de sécurité et d’accidents mortels a continué de s’améliorer, avec une baisse de 65 % des décès par rapport à 2014, date de lancement de notre programme d’engagement. En outre, la société présente un taux de fréquence des accidents avec arrêt de travail (TFAAT) – important indicateur de bonnes pratiques en matière de sécurité au sein de l’industrie minière – en constant recul. Il s’agit jusqu’à présent du meilleur exercice de la société sur le plan de la sécurité globale.

Remuneration

La rémunération des cadres dirigeants suscite une attention croissante. Auparavant uniquement corrélée avec la performance du cours de l’action de l’entreprise, l’accent est aujourd’hui placé sur sa compatibilité avec les attentes de l’ensemble des employés et les attentes sociales vis-à-vis de la rémunération. De nombreux marchés exigent désormais la publication de l’écart de rémunération entre les hauts dirigeants et les employés de l’entreprise (pay ratio), et cette tendance s’étend à d’autres questions sociales, telles que le reporting sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes. À titre d’exemple, le gouvernement britannique a introduit en 2017 une loi obligeant les entreprises à partir de 250 salariés à publier des informations sur l’écart de salaires hommes-femmes au sein de leur organisation. 

Ces questions figurent depuis longtemps au cœur de notre politique et les récentes évolutions nous ont confortés dans notre opinion : les décisions du conseil d’administration en matière de rémunération ont des conséquences à long terme, même si elles ne sont perceptibles que quelques années plus tard. Le constructeur de maisons britannique Persimmon a récemment défrayé la chronique. En cause ? Les rémunérations excessives de ses dirigeants basées sur un régime d’attribution d’action à long terme lancé en 2013. Le CEO est censé toucher 131 millions GBP. AXA IM s’était opposée à cette décision lorsque ce régime avait été proposé – l’un des rares investisseurs institutionnels à aller dans ce sens. 

Persimmon - Remuneration
... nous avons voté contre la résolution pour le compte de nos clients. Nous avons pris cette décision portée par notre opinion interne selon laquelle le régime de rémunération incitative à long terme n’encourage pas l’équipe de direction à créer une plus-value actionnariale, mais consiste plutôt à la récompenser pour avoir distribué la valeur actionnariale existante. 
Extrait de la lettre d’AXA IM datée de février 2013

 

1Le scénario de 2 °C correspond à la proposition de limiter l’augmentation de la température au niveau mondial à 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels.

2ClimateAction100.org et CDP