L'économie évolutive

Les solutions de l’économie digitale contre l’épidémie de Coronavirus

Quelques semaines à peine après l’entrée dans l’année 2020 est apparu le tout premier « cygne noir » de cette nouvelle décennie. Au Nouvel An chinois, l’épidémie du nouveau Coronavirus (Covid-2019) s’était pleinement propagée, plongeant ainsi le pays – et le reste du monde – au cœur d’une crise sanitaire. L’escalade rapide de l’épidémie a suscité de vives inquiétudes au sein de la population chinoise, perturbant l’activité sociale et économique, et mettant à rude épreuve le système de santé de la nation. Bien que la situation s’aggrave, nous avons constaté le rôle significatif que la technologie numérique a joué dans la lutte contre l’épidémie jusqu’à présent.

Le pouvoir des réseaux sociaux

Même si le pouvoir étendu des réseaux sociaux est un fait établi, il convient de souligner leur influence durant cette épidémie. Le 24 janvier dernier, à la veille du Nouvel An chinois – le jour où la ville de Wuhan a été placée en quarantaine – plus de 160 hôpitaux réclamaient une aide financière sur Weibo – et leurs publications ont fait des adeptes, à mesure que les dons monétaires arrivaient.

Selon Alibaba, un projet philanthropique en ligne baptisé « Keep fighting, Wuhan » a collecté 700 m¥ (soit 90 millions d’euros) au cours des huit premières heures qui ont suivi son lancement en janvier.1

Weibo a également créé une rubrique « super-topic » pour les patients atteints du Coronavirus, une fonction communautaire similaire à un hashtag, permettant aux personnes et familles infectées qui n’ont pas accès aux ressources hospitalières de chercher une aide en ligne. En quelques jours seulement, elle a gagné 374 000 abonnés, avec près de 1 000 publications qui ont été lues 830 millions de fois. Selon Weibo, environ 33 cas ont été correctement traités en un seul jour grâce à cet appel en ligne.2

Néanmoins, l’influence des réseaux sociaux n’est pas seulement exploitée par le grand public ; les médias deviennent également un moyen de communication pour les gouvernements durant l’épidémie. Étant donné que la plupart des entreprises, écoles et ministères demandent désormais à leurs collaborateurs de travailler depuis chez eux jusqu’à la disparition de l’épidémie, le Ministère chinois des Affaires Étrangères a récemment tenu sa première conférence de presse avec plus de 200 journalistes via Wechat, la « super-application » intégrée la plus utilisée dans le pays, gérée par Tencent. Ailleurs, les gouvernements comme celui de Singapour diffusent des mises à jour en direct sur WhatsApp, telles que des conseils du gouvernement, dans l’optique de maximiser la transparence des informations.

En outre, compte tenu de la quantité phénoménale d’informations sur le virus disponibles en ligne, un « fact-checker » en temps réel a été lancé sur des plateformes telles que Tencent News, afin de permettre aux utilisateurs d’identifier les fausses informations.

L’essor de l’e-santé

Sur le plan de la santé, bien des choses ont changé depuis l’épidémie du SRAS il y a 17 ans, et notamment l’essor exponentiel qu’a connu le marché chinois de la santé en ligne.

Depuis l’épidémie de Coronavirus, plus de 10 entreprises médicales chinoises en ligne, dont Ali Health, Ping An Good Doctor et WeDoctor, ont uni leurs efforts pour offrir des diffusions en direct et des consultations en ligne gratuites par des professionnels de la santé. Les plateformes de services médicaux en ligne ont constaté des pics d’utilisation après avoir conjugué leurs efforts pour lutter contre le virus. Selon Ali Health, au cours des premières 24 heures qui ont suivi l’ouverture en ligne de son service de mini-consultation, la plateforme a attiré 400 000 visiteurs.3

Tandis que la santé en ligne a été un complément utile aux ressources hospitalières traditionnelles, l’épidémie a également permis aux acteurs incontournables de la santé sur Internet de développer rapidement leurs bases d’utilisateurs à un coût relativement faible. À titre d’exemple, Ping An Good Doctor, la première plateforme de santé en ligne avec plus de 300 millions d’utilisateurs enregistrés, a révélé récemment que, lors de l’épidémie, le nombre total de visites sur sa plateforme a atteint 1,1 milliard, le nombre de nouveaux utilisateurs enregistrés de l’application ayant été multiplié par dix.4

Taille du marché de la santé en ligne en Chine de 2012 à 2020 (en milliards de yuans)

Source : Statista https://www.statista.com/statistics/941888/china-online-healthcare-market-size/

Hormis les consultations publiques, les nouvelles technologies sont également largement adoptées dans la recherche et le développement de médicaments. Alibaba Cloud, une filiale du géant chinois de l’e-commerce, a récemment gratuitement mise à disposition son intelligence artificielle (IA) de séquençage du génome aux organismes publics internationaux de recherche scientifique, afin de contribuer à l’accélération du développement de médicaments. 5

Les robots à la rescousse

Compte tenu de la nature extrêmement contagieuse du virus, le personnel médical fait partie des personnes les plus exposées à l’infection. Dans ce cas, les robots médicaux sont capables de réellement changer la donne. En réalité, le premier patient américain diagnostiqué comme étant infecté par le virus a été traité par un robot.6

En Chine, selon la Commission de la santé de Guangdong, un hôpital a commencé à utiliser deux robots qui fonctionnent avec l’intelligence artificielle et qui sont capables de se désinfecter eux-mêmes pour aider à traiter les patients atteints du Coronavirus. La paire de droïdes a commencé à remettre les médicaments et la nourriture aux malades, et à collecter les draps et les déchets médicaux.7

En outre, le gouvernement chinois a lancé des drones capables de communiquer afin de s’assurer que tout le monde suit les procédures, comme le port de masques. Les drones sont déployés depuis le nord de la Mongolie intérieure jusqu’à la province méridionale de Fujian.8

La technologie est également exploitée dans les villages pour vaporiser un désinfectant afin de combattre le Coronavirus.

Lorsque le nouveau commerce de détail répond aux besoins de l’économie du « repli chez soi »

Bien que les entreprises chinoises soient durement touchées, celles qui fournissent des biens et services indispensables – afin de faire en sorte que la vie continue – sont très occupées. Meituan, la plus grande plateforme chinoise soutenue par Tencent, dédiée aux produits et services visant à améliorer le confort de vie, a été l’une des premières à proposer la livraison de repas « sans contact », à savoir que les repas sont laissés à un endroit désigné pour être récupérés par le client. L’entreprise a également installé des casiers de récupération de repas sans contact autour des hôpitaux, de manière à ce que la nourriture puisse y être laissée en toute sécurité par les coursiers et récupérée par le personnel médical à l’aide d’un QR code. 9

Étant donné que de plus en plus d’entreprises demandent à leurs collaborateurs de travailler à domicile, ces mesures sont susceptibles de provoquer une hausse de la demande de livraison de repas ainsi que d’applications et de services d’achat de produits alimentaires en ligne.

Poursuite de la tendance vers le commerce en ligne – qui pourrait générer de nouvelles opportunités d’investissement

Dans le secteur de la consommation, nous estimons que les ventes en ligne, exprimées en pourcentage des ventes de détail, en Chine cette année pourraient atteindre 30 % en raison de l’épidémie. Étant donné que les consommateurs sont plus nombreux à se rendre en ligne, nous pensons que les entreprises des secteurs de la santé et de l’enseignement profiteront également de cette situation. Le catalyseur sous-jacent de ces ventes se trouvera dans les logiciels, le cloud et les infrastructures.

Sur le secteur de la santé, nous décelons des opportunités dans la consultation en ligne. Celle-ci qui contribue à résoudre deux problèmes majeurs auxquels le système de santé chinois est confronté, à savoir (i) un manque de ressources de qualité en matière de soins de santé dans les régions rurales ainsi que (ii) le long temps d’attente et la mauvaise qualité des consultations en personne dans les hôpitaux en raison de l’affluence.

En Chine, on estime que les consultations en ligne représentent 6,2 % du nombre total de consultations externes en 201910. Nous pensons que ce chiffre pourrait doubler d’ici deux à trois ans.

De même, les pharmacies en ligne sortiront probablement de la crise avec un taux d’adoption plus élevé. Les patients qui souffrent d’une maladie chronique en seront les principaux bénéficiaires car ils n’auront pas besoin de consulter un spécialiste chaque fois qu’ils doivent faire renouveler une ordonnance. Les ventes totales de médicaments en Chine avoisinent 132 milliards USD par an11, enregistrant une croissance annuelle d’environ 8 %, dont une part importante pourrait être assurée en ligne.12

Le développement rapide du e-commerce en Chine a vraisemblablement commencé lors de l’épidémie du SRAS et s’est accéléré par la suite, ce qui a contribué à la réussite d’Alibaba et de JD.com, deux des groupes de vente en ligne les plus connus du pays. Au cours de cette épidémie, on peut raisonnablement s’attendre à ce que le nouveau commerce de détail continue d’évoluer à l’ère de l’Internet des objets. Par ailleurs, les éventuelles nouvelles références de demain pourraient bientôt voir le jour.

Les entreprises citées sont données à titre d’exemple et ne présentent pas un conseil en investissement ou une recommandation de la part d’AXA IM.

[1] Compte Weibo officiel d’Alibaba Philanthropy, 25 janvier 2020 : https://www.weibo.com/aligy 

[2] Super Topic « Coronavirus Patient Appealing » publié sur Weibo : https://www.weibo.com/p/1008084882401a015244a2ab18ee43f7772d6f/super_index

[3] BJ News, 26 janvier 2020 : http://www.bjnews.com.cn/finance/2020/01/26/679836.html

[4] Présentation des résultats du deuxième semestre 2019 de Ping An Good Doctor, 11 février 2020

[5] Compte Weibo officiel d’AliCloud : https://www.weibo.com/aliyun

[6]CNN, 23 janvier 2020 : https://edition.cnn.com/2020/01/23/health/us-wuhan-coronavirus-doctor-interview/index.html

[7] Sina News, 30 janvier 2020 : https://news.sina.com.cn/c/2020-01-30/doc-iimxyqvy9046695.shtml

[8] Commercial Drone Professional : https://www.commercialdroneprofessional.com/coronavirus-containment-work-calls-on-talking-drones/

[9] Finet, 26 janvier 2020 : https://www.finet.hk/newscenter/news_content/5e2d1c98bde0b34b47709ab7

[10] Rapport de Frost & Sullivan, cité dans le prospectus d’introduction en bourse de Ping An Healthtech

[11] China Daily, 29 septembre 2019 : https://www.chinadaily.com.cn/a/201909/29/WS5d901f4ca310cf3e3556e1cc.html

[12] Analyse de Frost & Sullivan, citée dans le prospectus d’introduction en bourse de Wuxi Apptech

 

Avertissement

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

 

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.