Multi Asset

Vues d’allocations d’actifs, Mai 2021

Nos principales convictions :

  • Opinion positive sur les actions – Le déploiement du vaccin devrait continuer de soutenir le sentiment du marché. Les révisions des prévisions de bénéfices s’orientent à la hausse et les valorisations sont soutenues par les politiques monétaires toujours largement conciliantes. La hausse des rendements obligataires ne devrait pas poser problème tant qu’elle reflète une croissance robuste du PIB nominal
  • Opinion neutre envers les matières premières - Les matières premières cycliques pourraient continuer de bénéficier de la reprise économique soutenue cette année, mais nous avons décidé de prendre des bénéfices à l’issue de leur parcours déjà robuste
  • Opinion négative envers les obligations d’État – La relance budgétaire massive aux États-Unis devrait donner un grand coup d’accélérateur à la normalisation de l’économie américaine. Les bons du Trésor ne sont pas à l’abri d’excès de volatilité disproportionnés, car les investisseurs commencent à douter des communications de la Fed, et les taux risquent ainsi de remonter au-delà de ce que justifient les fondamentaux

Notre positionnement :

  • Opinion positive sur les actions
  • Opinion négative sur les obligations d’État
  • Positionnement long sur des « put spreads » d’actions européennes afin de protéger les portefeuilles dans la mesure du possible

Nos vues :

Les marchés affichent actuellement une tendance haussière. Les actions et les obligations progressent : du côté des obligations, les intervenants ont déjà visiblement intégré des statistiques économiques positives, tandis que sur le front des actions, les marchés sont dopés par les chiffres solides de l’activité et des bénéfices des entreprises. Cela peut-il durer ? Nous identifions trois principaux risques pour les marchés, mais aucun ne semble à même de nuire aux actions, que nous continuons de privilégier dans nos portefeuilles multi-actifs.

Tout d’abord, les rendements obligataires ont peu de chances, selon nous, de se maintenir aux niveaux actuels, et le taux à 10 ans des bons du Trésor américain devrait atteindre 2 % au cours des prochains mois. L’accélération soutenue de la croissance américaine (qui pourrait s'élever à 7 % cette année), la hausse des anticipations d'inflation des ménages et des entreprises alors que l’inflation observée devrait rapidement dépasser 3 %, les émissions record de bons du Trésor et les discussions à prévoir au second semestre à propos de la préparation de la sortie du dispositif d’assouplissement quantitatif de la Fed sont autant d'éléments présageant un accroissement des rendements. Cependant, l’adoption récente d’une approche de ciblage d’inflation moyenne par la Fed devrait contribuer à ancrer les anticipations du marché, car la banque centrale maintiendra vraisemblablement sa posture accommodante, et semble augurer une trajectoire relativement maîtrisée vers des rendements en hausse. Au cours des 20 dernières années, les mouvements haussiers des rendements obligataires ont été bien assimilés par les actions. Les marchés baissiers des obligations ont été de courte durée, d'une ampleur modérée, et la baisse des primes de risque des actions a absorbé la hausse des rendements, qui s’accompagnait généralement d’une amélioration de la croissance mais d’une inflation ancrée. Nous ne voyons pas pourquoi les choses seraient différentes cette fois. Dans ce contexte, la rotation en faveur d’actions « value » et plus cycliques pourrait se poursuivre jusqu’à une stabilisation manifeste des rendements obligataires.

Deuxièmement, il est de plus en plus probable que l'énorme plan de relance des infrastructures de Joe Biden, équivalant à 2 300 milliards USD, soit financé en partie par une augmentation de l’impôt sur les sociétés de 21 % à 28 % (ce qui demeure inférieur au taux de 35 % en vigueur au début du mandat de Donald Trump) et par un relèvement du taux de la taxe GILTI sur les revenus générés à l'étranger, de 10,5 % actuellement à 21 %, projet qui reçoit un écho négatif sur les marchés. Il est vrai que les grandes entreprises américaines ayant un large rayonnement à l'étranger pourraient effectivement ressentir l’impact de changements passés du concept à la réalité en l’espace d'une très courte période. Néanmoins, nous pensons que les effets négatifs sur les marchés devraient être limités par deux facteurs : premièrement, le programme d’investissement américain aura selon nous un fort impact « positif net » sur l’activité en créant 0,5 % de croissance du PIB par an pendant toute la durée des mesures, et deuxièmement, l’impact des relèvements d'impôts seront probablement étalés sur un horizon de 15 ans, ce qui diluera leur effet sur les bénéfices des entreprises.

Pour finir, les positionnements des investisseurs paraissent tendus. Les positions en actions des investisseurs discrétionnaires atteignent des sommets record, mais cohérents au regard de leur corrélation historique avec les enquêtes de conjoncture. Par exercice, les indicateurs ISM se sont établis à leur plus haut niveau depuis 37 ans le mois dernier. Certes, à ces niveaux, la dynamique des enquêtes de conjoncture américaines devrait se stabiliser mais l’activité mondiale restera probablement robuste, notamment grâce à l’accélération attendue en Europe cet été, et devrait ainsi soutenir l’appétit pour le risque des investisseurs. Par ailleurs, les positionnements des stratégies systématiques sont en retard par rapport à ceux des investissements discrétionnaires, évoluant en sens inverse de la volatilité des actions, qui n’est revenue que ce mois-ci dans sa fourchette d’avant la pandémie. Nous pensons donc que l’exposition aux actions des stratégies systématiques dispose encore d'une marge de progression.  

Dans ce contexte, bien qu’effectivement, une consolidation soit possible à court terme, celle-ci devrait être superficielle et de courte durée. Nous continuons de considérer les corrections comme des opportunités d'achat et maintenons une opinion positive sur un horizon de 6 mois. Nous conservons aussi notre biais sous-exposé en duration, ainsi que notre préférence pour les actions du marché domestique britannique, pour les valeurs financières européennes et américaines et pour les entreprises appelées à bénéficier du redémarrage économique en Europe, en particulier dans les secteurs des voyages, de la distribution, des boissons et du transport aérien.

Avertissement

Investir sur les marchés présente des risques de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.