Investissement Responsable

Eco-construction : six façons de lutter contre le changement climatique

La lutte contre le changement climatique passe aussi par la construction, responsable de 40 % de la consommation énergétique mondiale et d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Voici comment nos constructions peuvent aider à réduire les émissions de CO2 et l’amélioration de notre qualité de vie

Le secteur du bâtiment se convertit peu à peu à l’écoconstruction, des architectes aux ingénieurs, des entreprises de construction aux investisseurs et des législateurs aux clients finaux. D’après l’étude World Green Building Trends 2018 SmartMarket Report, qui s’est penchée sur la situation de 86 pays, les projets de construction durable devraient bondir à 47 % en 2021 vs 27 % en 2018. Il n’y a rien d’étonnant à cela.

En Europe, nous passons 90 % de notre temps en intérieur1 : pour vivre, étudier, travailler, nous divertir. Les murs qui nous entourent contribuent à améliorer notre productivité et notre bien-être, mais le secteur du bâtiment et de la construction représente 44 % de l’énergie consommée en France2, 40 % des émissions de CO2 des pays développés, 37 % de la consommation d’énergie et 40 % des déchets produits3. L’écoconstruction et l’architecture écoresponsable se sont imposées dans le secteur afin de faire face au changement climatique. Nous revenons sur les six façons de rendre un bâtiment écologique compatible avec l’économie circulaire.

1. Réduire la consommation d’énergie

La Commission européenne estime que les trois quarts des constructions de l’Union européenne ont une faible performance énergétique, c’est-à-dire qu’une grande partie de l’énergie consommée est gaspillée. La rénovation du patrimoine immobilier du vieux continent pourrait permettre de réduire l’empreinte écologique alors que Bruxelles souhaite accélérer le pas pour atteindre l’ambitieux objectif de neutralité carbone en Europe d’ici 2050. En complément d’une bonne isolation thermique, il faut également tenir compte de la classe énergétique des appareils électroménagers, du recours à des sources d’énergies alternatives comme le solaire, de l’installation de grandes fenêtres qui maximisent les bienfaits de la lumière naturelle, de l’utilisation de systèmes d’éclairage performant comme les LED et l’ajout de végétation dans le bâtiment, isolant naturel et « éponge » qui retient l’eau de pluie.

2. Choisir des matériaux écoresponsables pour toute la durée de vie du bâtiment

Le choix des matériaux est clé. Tenir compte de l’utilisation des ressources (en particulier l’eau et l’énergie) nécessaires à la fabrication et au transport des matériaux est également important, de même qu’il est judicieux de prévoir le cycle de vie complet des matériaux utilisés, de la conception à la manutention en passant par la fabrication et l’installation, sans oublier les futures rénovations et leur réutilisation éventuelle. Les promoteurs responsables auront tendance à privilégier les matières premières locales afin de réduire l’impact du transport ou réutiliseront des matériaux recyclés.

Source : sondage Ramboll « Sustainable Buildings Market Study 2019 »

3. Limiter le gaspillage de l’eau en créant des systèmes de collecte hydrique

Passer à une utilisation plus rationnelle de l’eau en créant des systèmes de collecte de l’eau de pluie puis en diversifiant l’utilisation des ressources est une nouvelle étape. Par exemple, nous pourrions utiliser l’eau potable pour boire et nous laver, et les eaux « grises » pour l’irrigation et les toilettes. L’utilisation rationnelle de l’eau est aussi facilitée par la technologie, et certaines installations sont capables de limiter les pertes au niveau des canalisations en réglant mieux la pression.

4. Mettre la santé et le bien-être au premier plan

Pour le bien-être physique et moral de chacun, un bâtiment écoresponsable doit être bien ventilé avec de l’air pur, à l’abri de l’humidité, lumineux et disposer d’une bonne isolation thermique et acoustique. Les matériaux utilisés doivent être naturels (autant que possible), hypoallergéniques et non toxiques.

5. Miser sur la reforestation urbaine

Pour qu’un bâtiment soit écoresponsable, l’accent doit être mis sur les espaces verts communs et privatifs doivent être vastes et conçus pour préserver la biodiversité. La « reforestation urbaine » aide en effet nos villes à absorber le CO2 en parvenant, dans certains cas, à créer des formes d’agriculture locale.

6. Créer une culture du développement durable, y compris dans le voisinage

L’accent mis sur l’aspect durable ne doit pas se limiter au bâtiment « éco-construit » mais s’intégrer à l’aménagement urbain de tout un quartier, par exemple au travers de vastes espaces proposant des parcours piétons et des pistes cyclables de façon à réduire l’impact des transports individuels sur l’environnement. Il est également important d’impliquer la population locale dans la discussion et la conception des espaces urbains, comme cela se fait souvent dans les pays du nord de l’Europe.

Un bon exemple ? « The Edge » à Amsterdam

L’un des meilleurs exemples d’écoconstruction au monde est « The Edge », le siège de Deloitte à Amsterdam : son score de 98,36 % est le plus élevé de toute l’histoire du Breeam (Building Research Establishment Environmental Assessment Method), célèbre méthode d’évaluation de la durabilité des bâtiments. Cet immeuble néerlandais est une référence d’écoconstruction technologiquement avancée : recouvert de panneaux solaires, il utilise 70 % d’électricité en moins que des bâtiments similaires grâce à des systèmes équipés de technologies de pointe qui optimisent tout type de consommation en temps réel en fonction du niveau de lumière naturelle, du nombre de personnes présentes dans l’immeuble, de l’humidité et de la température. Un exemple à suivre.

Chez AXA IM, notre travail consiste à identifier les entreprises de l’économie propre qui développent des produits et services innovants permettant la transition énergétique, l’optimisation des ressources naturelles et la réduction des déchets.

 

Sources

(1) Enquête réalisée par YouGov auprès de 16 000 personnes dans 14 pays d’Europe et d’Amérique du Nord

(2) https://www.ecologie.gouv.fr/energie-dans-batiments

(3) Le secteur du bâtiment face aux enjeux du développement durable : logiques d'innovation et/ou problématiques du changement, Philippe Deshayes, dans Innovations 2012/1 (n°37)

Avertissement

Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.