Multi Asset

Stratégies Optimal Income - Feu vert pour ajouter du risque

Points clés :

  • L’activité semble reprendre
  • Les chiffres deviennent de jour en jour plus rassurants
  • Nous avons accru notre exposition au risque

L’actualité

Le mois de juin a été quelque peu paradoxal. Tout d’abord, on a constaté une reprise marquée de l’activité économique dans la plupart des pays, toutefois menacée par l’augmentation du nombre de nouveaux cas de coronavirus aux États-Unis et par la résurgence de foyers en Europe et en Chine. Les gouvernements ont mis en place de nouvelles mesures d'aide et les banques centrales ont poursuivi leur politique monétaire ultra-accommodante.

Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations a augmenté, faisant craindre un (re)confinement dans certains États et un arrêt de la reprise économique. Toutefois, les dernières données sont plutôt positives pour le moment. En mai, les ventes de détail ont bondi de 17,7 % sur un mois et 2,5 millions d'emplois ont été créés (ou recréés). Néanmoins, les chiffres restent bien inférieurs à leur niveau d’avant la crise.

Dans la zone euro, l’épidémie reste maîtrisée depuis la sortie du confinement, malgré une légère recrudescence de cas dans certaines régions. L’activité économique a poursuivi sa reprise. En supposant que la deuxième vague reste contenue, la confiance des ménages sera cruciale pour la pérennité de la reprise.

La plupart des marchés actions ont clôturé sur une note positive, à la faveur de l’amélioration des indicateurs économiques, même si la progression (ou l’arrêt de la progression) du virus a également été un facteur déterminant. Aux États-Unis, où l'on a constaté une recrudescence de nouveaux cas en juin, le S&P 500 n’a progressé que de 1,8 % alors que l’Eurostoxx 50 a gagné 6 %, les nouveaux cas dans la zone euro restant contenus malgré la réouverture progressive des économies.

Positionnement et performance 

Début juin, nous avons augmenté l’exposition au risque de nos stratégies compte tenu des bons résultats des processus de déconfinement et de la réduction de la propagation du virus (particulièrement en Europe). Nous supposons que le risque d’une deuxième vague importante a considérablement diminué et que les marchés semblent intégrer le scénario que le pire de la pandémie est passé. Le risque d’un deuxième confinement synchronisé à l’échelle mondiale, comme celui que nous avons connu en mars, semble relativement faible. Même si les indicateurs économiques sont encore à la traîne et les taux de chômage se situent à des niveaux inquiétants, les pays comme les États-Unis semblent recommencer à embaucher, à en croire la baisse du chiffre des demandes d’allocations chômage aux États-Unis par rapport à son record récent.

Dans ce contexte, nous avons ajouté une allocation de 5 % en actions émergentes afin de bénéficier de façon tactique du rebond des actifs risqués dans un environnement de faiblesse du dollar, ainsi qu’une allocation de 3 % sur les matières premières afin de profiter du rebond cyclique dû à la réouverture des économies. Les valeurs refuges, y compris le dollar, ont perdu du terrain du fait de l’optimisme grandissant. Nous ne tablons pas sur un retour en force du dollar compte tenu de l’ampleur de la politiques monétaire accomodante de la Fed, qui favorise clairement les marchés émergents.

Durant le mois, les stratégies ont affiché une excellente performance globale, attribuable principalement à une rotation des segments phares sur le marché actions. L’écart historique de valorisation entre les titres Value/Cycliques et Croissance/Défensifs a diminué légèrement, la première catégorie surperformant la deuxième pour la première fois depuis septembre 2019. Le plan ambitieux de la Commission européenne et les espoirs d’élargissement du programme d’achat d’actifs de la BCE ont soutenu les actifs « value » de nos portefeuilles. Nous avons également bénéficié du portefeuille de titres cycliques mis en œuvre au T4 2019 qui a dégagé d’excellentes performances en juin, et du biais européen de notre sélection de titres.

Perspectives

Si nous revenons sur notre scénario en trois conditions établi en mars, à savoir 1) soutien des banques centrales, 2) aides gouvernementales, 3) inflexion de la propagation du virus, nous pouvons désormais considérer que les conditions 1 & 2 ont été renforcées. En revanche, si nous considérons que la 3ème condition est réunie en Europe et Asie grâce à de bons résultats, la situation aux US et en Amérique latine est plus délicate. Aux US on constate une hausse des nouveaux cas même si le taux de mortalité reste bas. En effet, une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans certains États a suscité des craintes quant à une seconde vague, se traduisant par une correction sur certains marchés début juin. Une réouverture trop rapide implique une augmentation des risques. Toutefois, après avoir privilégié la santé publique aux dépens de l’économie en mars et avril, les responsables politiques ont changé leurs priorités. Le seuil fixé pour un second confinement est désormais plus élevé que celui adopté pour décider en mars dernier. Naturellement, nous redoublons de vigilance et surveillons de près l’évolution de la situation. Nous sommes préparés à ajuster notre positionnement si nécessaire car le rebond de la croissance au second semestre dépendra de l’évolution du virus. A moins que les données économiques réservent de mauvaises surprises ou ne s’améliorent pas au cours des trois à quatre prochaines semaines, l’appétit pour le risque devrait rester constructif.

Nous concluons à nouveau que la gestion de l’économie post-Covid est un marathon plutôt qu’un sprint et que, par conséquent, nous resterons vigilants et nous fierons à la réactivité de notre processus d’investissement. Nous sommes en effet persuadés qu’une approche diversifiée, fondée sur de solides convictions, une sélection de titres active et une grande souplesse nous permettra de répondre aux attentes des investisseurs.

Avertissement

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.