Stratégies Optimal Income - La crainte du coronavirus frappe les marchés

Stratégies Optimal Income - La crainte du coronavirus frappe les marchés

  • Le risque global a été abaissé
  • Les stratégies d’atténuation du risque ont été renforcées
  • Nous restons prudents en ce qui concerne l’évolution de la situation

L’actualité

Le mois de février a été dominé par l’évolution de l’épidémie de coronavirus (COVID-19). La mise en place de mesures strictes de confinement en Chine ont permis de partiellement endiguer l’épidémie, toutefois de nouveaux cas ont été identifiés vers la mi-février en Corée du Sud, en Iran et en Italie, suscitant les craintes d’une pandémie et d’une récession à l’échelle mondiale. Même si à ce jour, la croissance des nouveaux cas semble stable dans le monde, la situation de l’Europe inquiète les marchés. La situation aux US est la prochaine sur la liste.

Les marchés actions ont fait l’objet d’une sévère correction en février. Malgré un début de mois positif, les actions se sont fortement repliées au cours de la dernière semaine du mois, à mesure que la propagation du COVID-19 s’intensifiait dans le monde entier, alimentant les craintes d’une récession mondiale. Aux États-Unis, l’indice S&P 500 a perdu 8,4 %. L’Euro Stoxx 50 a quant à lui cédé 8,6 %.

Les marchés obligataires souverains ont profité de la fuite des investisseurs vers les actifs jugés moins risqués, ainsi que du maintien des politiques monétaires accommodantes des grandes banques centrales. Au cours du mois, les taux américains à 10 ans ont chuté de 36 points de base (pb) supplémentaires à 1,15 %, les rendements des Bunds allemands à 10 ans ont chuté de 17 pb à -0,61 %. En ce qui concerne les marchés du crédit, les spreads des créances d’entreprise Investment Grade se sont légèrement creusés de part et d’autre de l’Atlantique, voire de manière significative dans le cas des titres à haut rendement européens et américains.

Positionnement et performance

L’incertitude liée à l’épidémie de COVID-19 en Chine avait déjà influencé notre positionnement à la fin du mois de janvier. Face au flux continu de nouvelles négatives, nous avons réduit notre exposition aux actions. D’un côté, nous avons réduit notre exposition aux marchés émergents, car nous nous attendions à ce que la région soit la plus durement touchée par les événements. De l’autre, nous avons renforcé notre stratégie d’atténuation du risque, en mettant en place une option de vente sur l’indice Euro Stoxx 50 (arrivant à échéance en avril 2020), afin de protéger environ 10 % de nos portefeuilles. Le delta de l’option joue pleinement son rôle d’amortisseur dans les phases de choc.

Début février, constatant que le rythme de déclaration de nouveaux cas en Chine s’était ralenti, que l’économie était soutenue par la politique de relance monétaire mise en œuvre par la Banque centrale et que les indicateurs macroéconomiques restaient dans le vert, nous avons décidé d’accroître le risque au sein de nos portefeuilles.

Cependant, en raison de l’émergence brutale de nouveaux épicentres du virus en Italie, en Corée du Sud et en Iran et à cause de la violente correction des marchés, nous avons réduit notre exposition aux actions. Dans un premier temps, nous avons réduit notre exposition aux actions européennes de 1 %. Nous l’avons ensuite réduite de 2 % supplémentaires puis nous avons diminué de 1 % notre exposition aux actions américaines, soit une réduction de 4 % au total. Nous avons également ajouté une position relative consistant à être acheteur pour 2 % sur l’indice MSCI Emerging Market et vendeur d’actions européennes pour le même montant car l’économie reprend progressivement en Chine alors que les prévisions s’accordent sur un ralentissement en Europe dans les mois à venir. Par ailleurs, dans le cadre d’une stratégie de couverture supplémentaire, nous avons introduit une position longue de 5 % CHF/USD et une position longue de 5 % JPY/USD. Le franc suisse (CHF) et le yen (JPY) sont communément considérées comme des devises sûres pendant les périodes de tension sur les marchés. (Cette stratégie a été doublée début mars et représente une taille de 10% par position)

La performance des stratégies reflète l’évolution des marchés actions. Nous avons enregistré une solide performance au cours des trois premières semaines de février grâce au rebond des marchés. Toutefois, à partir du 24 février, nous avons été pénalisés par notre position surpondérée sur les actions. Les principaux détracteurs à notre performance furent ceux qui avaient permis notre rebond dans les premières semaines, à savoir les secteurs de l’industrie, de la technologies ainsi que notre exposition aux actions de petites capitalisations. Nos stratégies d’atténuation du risque nous ont néanmoins aidés à réduire les pertes.

Perspectives :

À court terme, les marchés devraient rester très volatils, car l’évolution de la propagation du virus et son impact sur l’économie, qui dépend de l’étendue des mesures de confinement qui seront prises, est encore difficile à mesurer. En outre, nous surveillons également l’évolution du virus en Europe et aux États-Unis. Nous sommes donc extrêmement vigilants face à ce flux de nouvelles potentiellement négatives.

Néanmoins, maintenant que les risques se concentrent sur le reste du monde et plus seulement sur la Chine, l’éventualité d’une pandémie mondiale devrait également être intégrée à nos scénarios. Le profil de croissance dans les économies développées devrait ainsi probablement être en « U », plutôt qu’en « V » comme le marché le pensait initialement, avec une détérioration à court terme, suivi d’une stabilisation à un niveau faible en et enfin d’une reprise dans la seconde partie de l’année.

À moyen/long terme, nous restons constructifs et maintenons notre scénario à moyen terme d'une modeste reprise du secteur manufacturier soutenue par une politique monétaire très souple. Nous restons par conséquent sur nos gardes, car les données pourraient s'avérer volatiles et déstabilisantes, mais nous tablons sur des mesures de relance monétaire et budgétaire pour amortir le choc sur l'activité.

En conclusion, nous maintenons nos prévisions à moyen terme, mais reconnaissons que la situation est volatile à très court terme et nous restons donc vigilants.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.