Multi Asset

Stratégies Optimal Income - Bien finir pour mieux repartir

Ne pas diffuser aux investisseurs et clients retail : le présent document est exclusivement destiné aux investisseurs et clients professionnels, institutionnels, qualifiés ou wholesale, tels que définis par la législation et la réglementation locales en vigueur. Sa diffusion doit être restreinte en conséquence.

  • Sans surprise, les actions ont mené la danse en décembre
  • L’horizon se dégage suite à la victoire des conservateurs aux élections législatives britanniques et à l’accord commercial trouvé par les États-Unis et la Chine
  • Nous misons sur la continuité en terme de stratégie de positionnement

L’actualité

Les États-Unis et la Chine ont finalement conclu un accord commercial de « phase 1 », annulant ainsi la mise en place prévue de droits de douane sur 160 milliards de dollars de produits chinois. Le taux de chômage a diminué à 3,5 %, son niveau le plus bas depuis 50 ans, tandis que la croissance des salaires a été revue en hausse à 3,1 % en novembre. La Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé sa politique monétaire inchangée durant le mois, alors que la situation politique aux États-Unis continue d’alimenter l’incertitude avec le vote par la Chambre des représentants du procès en destitution du président Trump. Il faudrait toutefois l’adhésion du Sénat pour que le président soit destitué, ce qui semble très peu probable.

Dans la zone euro, l’indice PMI composite a augmenté à 50,9 en décembre. Les autorités américaines semblent avoir reporté leur projet d’imposer des droits de douane sur les automobiles mais ont menacé de taxer les produits importés de France à hauteur de 100 % en réponse à la taxe française sur les géants du numérique. La BCE n’a annoncé aucune modification de sa politique monétaire actuelle. Au Royaume-Uni, le Parti conservateur a remporté une large majorité aux élections législatives britanniques, accroissant la probabilité de voir le gouvernement adopter l’accord sur le Brexit avant la date butoir convenue (31 janvier 2020).

La croissance du PIB japonais au troisième trimestre a été révisée à la hausse, de 0,2 % à 1,8 % en rythme annualisé. Ce taux de croissance risque toutefois de ralentir du fait de l’impact de la récente hausse de la TVA, comme le laisse penser le recul de 14,4 % de la consommation entre novembre et décembre. L’indice PMI en Chine a rebondi en réaction à l’accord commercial avec les États-Unis, et les exportations tout comme les importations se sont également redressées.

Positionnement et performance :

En termes de positionnement, nous avons tiré parti de la progression du marché en fin d’année, un objectif que nous sommes parvenus à atteindre en misant sur la continuité. Nous avons par conséquent poursuivi l’augmentation de notre exposition aux actions, bien que dans une moindre mesure que les mois précédents. Nous avons notamment continué à accroître notre exposition aux actions cycliques, en ajoutant des titres spécifiquement choisis sur la base d’un business model solide et de perspectives de croissance à long-terme (comme les titres Volvo et Richemont). De plus, nous avons mis en place une stratégie tactique en investissant les actions émergentes (via futures), car ce segment a terminé l’année en retrait comparé aux actions mondiales. La diminution des craintes de récession, l’apaisement des tensions géopolitiques, la stabilisation des données macroéconomiques et les afflux de capitaux sont les principales raisons qui ont motivées cette prise de position. En effet, après d’importantes sorties observées durant l’année 2019, les flux sont repassés positifs dernièrement, témoignant du regain d’appétit des investisseurs pour le segment.

Au sein de notre stratégie Optimal Income, nous avons réduit notre exposition aux obligations via la vente d’emprunts d’État italiens et portugais.

Les trois stratégies ont enregistré une performance positive le mois dernier, principalement à la faveur de la progression continue des actions.

Perspectives :

Fin 2019, nos indicateurs macroéconomiques continuaient d’afficher des signes d’amélioration, sachant que la crise du secteur manufacturier semble avoir trouvé son point bas, grâce notamment à la trêve commerciale sino-américaine et à la baisse des taux de la Fed. L’élection de Boris Johnson au poste de Premier ministre, qui confirme de facto l’adoption de l’accord sur le Brexit, est venue s’ajouter aux bonnes nouvelles. Nous envisageons d’ailleurs un scénario où la Banque d’Angleterre aborde une politique plus accommodante afin de venir en aide à l’économie.

Nous surpondérons les actions car nous décelons des signes manifestes de stabilisation de l’économie. L’année s’est achevée sur deux développements très favorables : l’accord commercial de « phase 1 » entre les États-Unis et la Chine, et la réélection de Boris Johnson. Nos indicateurs macroéconomiques se stabilisent dans la zone euro, malgré la morosité du secteur manufacturier en Allemagne. Nous privilégions les titres cycliques dont la valorisation présente une décote par rapport aux valeurs de croissance. La baisse des tensions commerciales devrait soutenir les actions des marchés émergents, si bien que nous sommes surpondérés au segment.

Sur le marché obligataire, bien que nous ayons réduit notre exposition, nous conservons une opinion positive vis-à-vis des obligations à haut rendement européennes. Notre positionnement à l’égard du crédit Investment Grade reste neutre pour le moment. Au vu des anticipations d’inflation, qui demeurent faibles, nous conservons une exposition longue aux points morts d’inflation de zone euro et américain.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.