Stratégies Optimal Income - Les marchés face aux incertitudes

Stratégies Optimal Income - Les marchés face aux incertitudes

  • Les craintes liées au coronavirus affectent le marché.
  • Les données macroéconomiques demeurent positives.
  • Réactivité et flexibilité face aux des événements qui secouent la planète.

L’actualité

L’épidémie du coronavirus qui frappe actuellement la Chine pourrait avoir un impact majeur sur l’activité dans le pays. La politique du président américain, Donald Trump, est et restera imprévisible, comme en attestent ses menaces commerciales répétées à l’encontre de certains pays européens. Dans la zone euro, les chiffres de croissance du quatrième trimestre ont déçu. Pendant ce temps, l’Union européenne et le Royaume-Uni se sont dit « au revoir » à la veille de l’officialisation du Brexit.

Aux États-Unis, la croissance du PIB s’est stabilisée à 2,1 % (taux annualisé) au quatrième trimestre. Les États-Unis ont également finalisé la première phase de leur accord commercial avec la Chine. Sur le plan de la politique étrangère, la décision de Trump d’éliminer le général iranien Qassem Soleimani a fait trembler le monde, mais n’a finalement pas eu d’impact majeur sur le marché, alors que sa menace d’instaurer des droits de douane sur certaines importations européennes ne fait qu’alimenter les incertitudes sur l’avenir.

Dans la zone euro, la croissance s’est stabilisée à 0,1 % en glissement trimestriel au quatrième trimestre. En Allemagne, l’industrie manufacturière a poursuivi sa reprise, sur fond d’amélioration des indicateurs PMI durant le mois. La confiance des consommateurs est restée élevée, alors que le chômage a connu un nouveau recul. La réunion de politique de la BCE n’a rien apporté de neuf. Le Royaume-Uni a finalement largué les amarres, après une saga qui aura duré plus de trois ans. Les Britanniques disposent maintenant de 11 mois pour négocier de nouveaux accords commerciaux avec l’UE et d’autres pays.

En Chine, la croissance du PIB a progressé à un rythme de 6 % en glissement annuel au quatrième trimestre. Cette évolution positive a néanmoins été obscurcie par l’apparition du virus nCov-2019 dans la province de Hubei, qui a jeté une ombre sur les perspectives à court terme de l’économie chinoise.

Positionnement et performance

 

 

Face à la persistance des incertitudes, nous avons capitalisé sur la flexibilité de notre processus d’allocation pour adapter le risque de nos fonds. Nous avons commencé par réduire notre exposition au marché action en achetant une option de vente (maturité avril). Le but étant de protéger partiellement nos portefeuilles contre l’impact d’une perte de contrôle sur la propagation du coronavirus, ainsi que sur la potentielle victoire d’un candidat de l’aile gauche du parti démocrate américain (Warren ou Sanders). Ensuite nous avons coupé notre exposition aux marchés émergents. Nous avons pris cette décision pour deux raisons. Tout d’abord, la plupart des cas et des victimes du coronavirus qui se propage rapidement, se trouvent en Asie, ce qui risque de peser sur les actions émergentes à court terme. Ensuite, cette crise a éclaté à un moment où la spéculation sur les marchés actions demeurait très élevée, principalement de la part d’investisseurs systématiques particulièrement sensibles à la volatilité, rendant les marchés plus vulnérables sur le court terme. Nous avons aussi réduit notre position tactique sur le secteur de l’énergie (« long » sur le Stoxx 600 Energy / « short » sur le Stoxx 600) compte tenu de l’impact de la chute des prix pétroliers sur celle-ci. Nous avons également diminué notre exposition aux actions américaines, parallèlement au lancement des primaires du parti démocrate.

Les stratégies ont bien performé durant la première quinzaine de janvier, mais le fonds a finalement clôturé le mois en territoire négatif en raison de la baisse des actions mondiales due à l’accroissement des craintes autour du coronavirus.

Perspectives

Les facteurs positifs gardent clairement le dessus pour le moment. Les politiques monétaires demeurent accommodantes et les conditions financières deviennent de plus en plus souples. Résultat, les taux à court terme (50 pb plus bas qu’il y a un an) continuent de baisser dans le monde entier. La stimulation monétaire pousse les prix des actifs à la hausse, en particulier ceux des actions et de l’immobilier.

Tout cela se déroule dans un contexte où nous prévoyons une accélération du commerce international. Le FMI estime que, grâce à la trêve signée entre les États-Unis et la Chine, celui-ci pourrait croître de 2,9 % cette année, après un taux de 1 % l’année passée. Signalons aussi que les chiffres du commerce chinois du mois de décembre ont largement dépassé les attentes, avec des hausses en glissement annuel de 7,6 % pour les exportations et 13,6 % pour les importations.

Mais, même si les données sous-jacentes continuent de pointer une reprise de l’économie, l’apparition et la rapide propagation du Coronavirus en Chine ont assurément de quoi inquiéter. Malgré les énormes investissements consentis par la Chine pour combattre le virus, le nombre de personnes infectées ne cesse d’augmenter, même si toutefois le rythme semble se ralentir. Alors que la reprise de l’économie demeure toujours lente, les incertitudes liées à cette épidémie pourraient nous inciter à revoir nos prévisions pour le futur. En attendant d’y voir plus clair, nous resterons prudents et attentifs à l’évolution de cette crise en nous reposant sur notre approche d’investissement flexible et diversifiée.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/UE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.