Innovation : quand investir ?

Certaines entreprises sont sur le point de commercialiser des technologies révolutionnaires.* Cependant, certains investisseurs en actions peinent à savoir quelles technologies pourraient potentiellement permettre d’obtenir des retours sur investissement positifs à long terme.

Pour évaluer le potentiel commercial des technologies émergentes ou en évolution, comme la réalité augmentée ou la blockchain1, il est possible de suivre quelques principes :

Premier principe : une nouvelle technologie prend souvent du temps à être rentable. Ce phénomène est particulièrement bien représenté par le « hype cycle » du cabinet Gartner, qui illustre comment les technologies émergentes passent par une phase de création, une phase d’attente puis de désillusion,  à une phase de productivité commerciale sur une échelle de temps plus longue que ce que l’on pourrait croire.

Source : Gartner (juillet 2017)

On peut comparer ce fonctionnement à celui des entreprises technologiques qui peinent à rentabiliser leur modèle économique. En février 2018, Twitter a fait état de son premier bénéfice trimestriel en douze ans. Les annonceurs n’ont adopté cette plateforme que très progressivement, allouant jusqu’alors la majorité de leurs dépenses à d’autres plateformes plus établies comme Facebook et Google, rapporte le Financial Times.

Deuxième principe : une fois qu'une technologie est viable sur le plan commercial, elle peut toucher beaucoup plus de clients dans diverses industries. Par exemple, les robots collaboratifs, dont le rôle est de seconder les travailleurs humains dans les usines et qui ont été pensés pour l’industrie automobile, sont maintenant déployés dans de nombreux autres secteurs, comme le commerce en ligne et la logistique.

Autre exemple : l'impression 3D. Bien que cette technologie n’ait pas encore tenu toutes ses promesses au niveau commercial, elle possède un potentiel de rationalisation des industries manufacturières et des secteurs de la logistique et de la vente au cours des prochaines décennies. En effet, elle offre aux entreprises des moyens uniques de fabriquer des objets sur mesure, à faible volume et à grande valeur ajoutée comme des prototypes ou des composants de moteur d’avion.

À ce propos, Tom Riley, gérant chez AXA Investment Managers (AXA IM), explique : « En tant que technologie, l’impression 3D nous enthousiasme beaucoup. Le marché prend de plus en plus d’ampleur à mesure que de nouveaux matériaux deviennent disponibles et que les nouvelles technologies de production améliorent l'efficacité et les capacités. »

Mais cet optimisme envers ses futures utilisations doit être tempéré par la volatilité2 globale du marché de l’impression 3D au cours des cinq dernières années, poursuit Tom Riley :

Le marché de l’impression 3D est passé par une phase d’engouement en 2012-2014, lorsque les prévisions de croissance ont été exagérées et les actions des sociétés qui utilisaient cette technologie enregistraient de bonnes performances. Par conséquent, les investissements dans ce secteur ont été trop importants et les performances n’ont pas été au rendez-vous. Depuis environ un an et demi, nous observons des indicateurs plus réalistes car le marché commence à absorber l’excès technologique créé ces dernières années et les ventes se portent mieux. C’est un secteur très intéressant à suivre, selon nous. 

Quand une innovation devient une opportunité d'investissement ?

Alors, comment faire la différence entre une innovation courtermiste et une opportunité d’investissement à long terme ? Jeremy Gleeson, gérant chez AXA IM, explique que comme la commercialisation des innovations prend généralement plus de temps que prévu initialement, il est important d’être focalisé sur les signes de généralisation d’une technologie :

Nous avons tendance à nous focaliser sur les signes d’adoption d'une nouvelle technologie par les consommateurs ou par les entreprises. C’est ce qui attire notre attention. Pour repérer les signes d’adoption généralisée,  nous participons à de nombreux salons professionnels dédiés à notre univers d'investissement. Cela nous permet de voir comment les nouvelles technologies sont mises en place pour la première fois par les entreprises. Les entreprises y voient souvent une occasion de présenter leurs nouveautés fraîchement issues du service Recherche et Développement avant leur commercialisation. Pour nous, c’est surtout le moment idéal pour prendre nos décisions d’investissement en allant parler directement aux entreprises et aux consommateurs. 

Un potentiel pour investir ?

Nous nous concentrons sur la viabilité commerciale à long terme et sur les parts de marché des produits et des services proposés par les entreprises. Il faut donc avoir la patience d’attendre que les innovations se reflètent dans les bénéfices des entreprises, et d’investir notamment dans des sociétés cotées avec des profils de liquidité attractifs. » conclut Mark Hargraves, responsable des Global Strategies au sein de l’équipe Framlington Equities chez AXA IM. 
 

1     La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.
2     La volatilité mesure l'ampleur des variations du cours d'un actif financier.
*      La croissance du marché des technologies émergentes n’est pas synonyme de performance des actions/sociétés.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.

Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives.

Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.

L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.