Passer à la nouvelle interface du Fund Center

AGIPI Ambition

ISIN FR0000299240

Dernière VL 32,5900 EUR le 13/02/20

Panorama

Objectifs d'investissement

L'objectif de l'OPC est la recherche de performance corrélée aux marchés financiers par la mise en œuvre d'une gestion dynamique et discrétionnaire reposant sur une allocation tactique des investissements fondée sur la sélection d'une ou plusieurs classes d'actifs, un ou plusieurs marchés et styles de gestion.

Risque

Profil de risque et de rendement

1 2 3 SRRI Value 4 5 6 7

Les données historiques, telles que celles utilisées pour calculer l'indicateur synthétique, pourraient ne pas constituer une indication fiable du profil de risque futur du FIA. La catégorie de risque associée à ce FIA n'est pas garantie et pourra évoluer dans le temps. La catégorie la plus faible ne signifie pas « sans risque ».

Pourquoi ce fonds est-il dans cette catégorie ?

Le FIA n'est pas garanti en capital. Il est investi sur des marchés et/ou utilise des techniques ou instruments, soumis à des variations à la hausse comme à la baisse pouvant engendrer des gains ou des pertes.

Risques additionels

Risque de crédit : risque que les émetteurs des instruments de dette détenus par le FIA puissent faire défaut ou voir leur qualité de crédit se dégrader, pouvant entraîner une baisse de la valeur liquidative. Risque de liquidité : risque de rencontrer des difficultés à acheter ou vendre les actifs du FIA. Impact de certaines techniques de gestion telles que l'utilisation de produits dérivés: le recours à ces techniques peut entraîner un levier ayant pour conséquence une amplification de l'impact des mouvements de marché sur le FIA et peut engendrer des risques de pertes importantes et une baisse de la valeur liquidative.

Horizon d'investissement

Cet OPC pourrait ne pas convenir aux investisseurs qui prévoient de retirer leur apport avant 4 ans.

Principaux documents

Commentaire du gérant : 31/01/20

Nouvelle année, nouvelles problématiques. L’épidémie sévissant actuellement en Chine pourrait avoir des impacts importants sur l’activité chinoise. La politique de D. Trump reste imprévisible comme en témoignent ses menaces commerciales répétées à l’encontre de certains pays européens. Les chiffres de croissance en zone euro au 4ème trimestre ont surpris à la baisse tandis que l’Union Européenne et le Royaume-Uni se sont dit « au revoir » avant l’entrée en vigueur officielle du Brexit. Aux Etats-Unis, l’activité au 4ème trimestre est restée stable à +2,1% en glissement trimestriel annualisé. En janvier, le Flash PMI dans le secteur manufacturier est en baisse à 51,7 tandis que celui des services est en hausse à 53,2. Les Etats-Unis ont également finalisé l’accord dit Phase 1 avec les autorités chinoises dans lequel la Chine devra acheter plus de produits américains tandis que les Etats-Unis s’engagent à ne plus augmenter leurs droits de douanes. Aucune avancée majeure n’a été réalisée sur les droits de propriété intellectuelle et les transferts de technologie. Par ailleurs, D.Trump a déclenché un assassinat ciblé en Irak sur Q.Soleimani, haut dignitaire et personne influente du régime iranien, réveillant les craintes d’une nouvelle hausse des tensions dans la région, même si elles se sont un peu calmées fin janvier. En zone euro, la croissance au 4ème trimestre s’est élevée à 0,1% en glissement trimestriel. L’industrie manufacturière allemande poursuit son redressement – le Flash PMI a rebondi à 45,2 - tandis qu’en France le secteur des services a souffert des grèves comme en témoigne le Flash PMI qui chute à 51,7. la confiance des ménages est restée stable et ceci malgré une nouvelle baisse du taux de chômage qui atteint désormais 7,4%, un niveau atteint pour la dernière fois en mai 2008. Les nouvelles sont moins bonnes du côté du crédit. Les résultats du Bank Lending Survey publié par la BCE montrent que les anticipations de demandes de prêt des entreprises sont au plus bas depuis 2013 et les données de crédit signalent un ralentissement du rythme des prêts aux entreprises non-financières (+3,2%). Lors de sa dernière réunion de politique monétaire, aucun changement n’a été adopté et les détails sur la revue stratégique restent flous. Au Royaume-Uni, le divorce avec l’Union Européenne a été officialisé le 31 janvier. Une période de transition de onze mois démarre pendant laquelle seront négociés les nouveaux accords commerciaux. L’activité a faibli au dernier trimestre de l’année, impactée par une baisse de la production industrielle et un fort mouvement de stockage en octobre. Face à ce trou d’air, certains membres de la Banque d’Angleterre avaient communiqué sur leur volonté de baisser les taux de façon préventive, mais l’institution a finalement surpris et décidé de laisser ses taux inchangés. En Chine, l’activité économique au 4ème trimestre a été supérieure aux attentes puisque le PIB est ressorti à +6% en glissement annuel. Le secteur des services a progressé de +6,9% et le secteur de l’industrie en hausse de +5.7% résiste bien. Les dernières données d’enquêtes pointent vers un léger rebond de l’activité manufacturière remis en cause suite à l’épidémie du Coronavirus 2019-nCoV. Cependant, il est difficile de quantifier exactement son impact sur l’activité ; de façon certaine, la consommation et la production seront atones dans plusieurs régions. Au Japon, la croissance au 4ème trimestre est attendue en forte baisse à la suite de la hausse de TVA en octobre dernier et des fortes intempéries. Un léger rebond de l’activité était attendu au premier trimestre mais l’épidémie du coronavirus, conjuguée à l’extension des périodes de vacances pendant le Nouvel An chinois impactera de façon certaine l’activité économique nippone. L'incertitude entourant l'épidémie de coronavirus et son impact sur la croissance mondiale ont pesé sur les marchés actions en janvier. Aux États-Unis, après un bon début d’année l'indice S&P500 abandonne tous ses gains et clôture à -0,2%. D'autres marchés ont été plus durement touchés. L'Eurostoxx 50 baisse de -2,8% et le FTSE 100 britannique chute de -3,4% à l'approche du Brexit. En Asie, le Topix japonais baisse de -2,1% et les marchés chinois corrigent plus brutalement : -6.7% pour l'indice Hong Kong Hang Seng tandis que l'indice de Shanghai ne recule que de -2,4% en raison de la fermeture de la bourse pour les vacances du Nouvel An. Les marchés émergents (MSCI EM Total Return) ont également fortement baissé de -4,9% en USD et -3,4% en EUR. Les obligations souveraines ont profité de l'aversion au risque et des politiques monétaires accommodantes. Les rendements américains à 10 ans ont chuté de 41 points de base (bps) à +1,51%, ceux du Bund allemand reculent de 25 bps à -0,43% et ceux de l'OAT à 10 ans française de 29 bps à -0,18%. Les rendements des obligations des pays périphériques leur ont emboîté le pas : les taux à 10 ans chutent à +0,23% (-24bps) en Espagne et +0.93% (-48bps) en Italie. Même tendance au Royaume-Uni où le Gilt clôture à + 0,52% (-30bps) et les taux japonais 10 ont aussi baissé à -0,07% (-6 pbs). Sur les marchés du crédit, les spreads se sont légèrement écartés sur la catégorie « investment grade » mais se sont plus significativement dégradés sur le haut rendement. Sur le front des devises, le dollar américain s'est légèrement apprécié contre euro à 1.11 (+1.1%), de même que le Yen (+1.3%), la livre (+0.7%) et le franc suisse (+1.42%). En revanche, les devises liées aux matières premières sont en nette baisse : dollar australien -3.7%, couronne norvégienne -3.5%. Sur les marchés des matières premières, l'indice Bloomberg Commodities hors agriculture et bétail est en baisse de -8,1% en réaction aux inquiétudes en Chine et donc sur la croissance mondiale. Les prix du pétrole ont chuté de -15,2% à 56 $ le baril (Brent). Les métaux industriels ont également souffert de la perspective d'une baisse de la demande chinoise, comme en témoigne la baisse du prix du cuivre de -10%, tandis que l'or a profité de son statut de valeur refuge progressant de + 4%. En janvier, en raison des risques liés à l’épidémie en Chine, le portefeuille a réduit ses investissements sur les actions des pays émergents. La performance du portefeuille a pâti de son positionnement en faveur des actions, des obligations à haut rendement ainsi que de la sélection de titres.

Performance

Graphique de performance

Période

1 mois
3 mois
6 mois
1 an
3 ans
5 ans
8 ans
10 ans
YTD
Depuis le lancement

Date de début

Date de fin

Les chiffres cités ont trait aux années ou aux mois écoulés et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Indicateur de performance

Indicateur de performance Date de début Date de fin
- - -

Tableau de performance

Date de fin

Tableau de performance Performance nette Indicateur de performance Date de début Date de fin
- - - - -
1 mois - - - -
QTD - - - -
3 mois - - - -
6 mois - - - -
YTD - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -

Tableau de risque

Date de fin

Tableau de risque Volatilité du fonds Benchmark volatility Risque relatif (tracking error) Ratio d'information Ratio de Sharpe Beta Alpha
1 mois - - - - - - -
QTD - - - - - - -
3 mois - - - - - - -
6 mois - - - - - - -
YTD - - - - - - -
1 an - - - - - - -
3 ans - - - - - - -
5 ans - - - - - - -
8 ans - - - - - - -
10 ans - - - - - - -
Depuis le lancement - - - - - - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de début

Date de fin

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire Date Actifs sous gestion du portefeuille
- - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de la première valeur liquidative 27/10/94

Administration

Frais

Frais courants 1,64%

A propos du fonds

Devise EUR
Date de début 27/10/94
Classe d'actif MULTI-ASSETS
Fonds RI Non
Autorité de tutelle Autorité des Marchés Financiers

Gestion du portefeuille

Gérant Frédérique MAHERAULT
Co-gérant Brenda CLARKE
Equipe de gestion MT Asset Allocation

Structure

Zone d'investissement Euro
Forme juridique SICAV

Souscription et rachat

Les ordres de souscription et de rachat doivent parvenir auprès du dépositaire, chaque jour ouvré avant 10h30 (heure de Paris) et sont exécutés sur la base de la prochaine valeur liquidative. L'attention des actionnaires est attirée sur l'existence potentielle de délais de traitement supplémentaires du fait de l'existence d'intermédiaires tels que le conseiller financier ou le distributeur.La valeur liquidative de cet OPC est calculée sur une base quotidienne.

Documents