AXA Trésor Court Terme

ISIN FR0000447823

Dernière VL 2 428,9233 EUR le 17/11/19

Panorama

Objectifs d'investissement

L'OPCVM est classé dans la catégorie suivante: « Fonds monétaire à valeur liquidative variable (VNAV) court terme ». Les revenus sont capitalisés pour les parts "C" et distribués pour les parts "D" L'objectif de gestion de l'OPCVM est la recherche après déduction des frais de gestion réels d'une performance égale à l'EONIA capitalisé, sur un horizon de placement minimum recommandé d'un jour.L'attention du porteur est attirée sur le fait qu'en cas de très faible niveau des taux d'intérêt du marché monétaire, le rendement dégagé par l'OPCVM pourrait ne pas suffire à couvrir les frais de gestion et sa valeur liquidative serait susceptible de baisser de manière structurelle.

Risque

Profil de risque et de rendement

SRRI Value 1 2 3 4 5 6 7

Les données historiques, telles que celles utilisées pour calculer l'indicateur synthétique, pourraient ne pas constituer une indication fiable du profil de risque futur de l'OPCVM. La catégorie de risque associée à cet OPCVM n'est pas garantie et pourra évoluer dans le temps. La catégorie la plus faible ne signifie pas « sans risque ».

Pourquoi ce fonds est-il dans cette catégorie ?

L'OPCVM n'est pas garanti en capital. Il est investi sur des marchés et/ou utilise des techniques ou instruments, soumis à de faibles variations dans des conditions normales de marché, mais pouvant néanmoins engendrer des pertes.

Risques additionels

Risque de crédit : risque que les émetteurs des instruments de dette détenus par l'OPCVM puissent faire défaut ou voir leur qualité de crédit se dégrader, pouvant entraîner une baisse de la valeur liquidative. Risque de contrepartie : risque d'insolvabilité ou de défaillance d'une contrepartie de l'OPCVM, pouvant conduire à un défaut de paiement ou de livraison.

Horizon d'investissement

Cet OPCVM pourrait ne pas convenir aux investisseurs qui prévoient de retirer leur apport avant 1 jour.

Commentaire du gérant : 31/10/19

Le mois d’octobre a été marqué par un léger regain d’optimisme lié à une possible résolution du Brexit et une diminution des risques liés à la guerre commerciale. La publication de la croissance du PIB au troisième trimestre (T3) aux Etats-Unis, en zone euro et en Chine vient confirmer la baisse indiquée par les enquêtes depuis quelques mois. Concernant la politique monétaire, la BCE et la Banque du Japon (BoJ) ont décidé de maintenir le statuquo tandis que la Réserve Fédérale (Fed) a opéré une baisse de taux de 25pdb. Enfin, la saga Brexit repart de plus belle. Aux Etats-Unis, le secteur manufacturier continue d’inquiéter et cela commence à se répercuter dans les données réelles même si la croissance du PIB au T3 est stable à +1,9% en glissement trimestriel (g.t) annualisé (-0.1 point de pourcentage (pp) par rapport au T2), grâce à une consommation des ménages robuste. L’indice PMI-ISM est tombé à 47,8 en septembre, un plus bas depuis 2009 avant de rebondir en octobre à 48,9. Le secteur des services a également chuté à 52,6 en septembre, son plus bas niveau depuis août 2016. On observe également une décélération des créations d’emploi avec actuellement un rythme de 160 000 créations nettes/mois contre encore 220 000 en 2018. L’administration Trump a également annoncé le report de l’augmentation de 5 pp sur l’importation de produits chinois en échange d’un accroissement des exportations agricoles américaines, un régime de change plus transparent et un accès accru des entreprises américaines aux services financiers chinois. Sauf revirement de situation, ces rapprochements devraient être officialisés dans les prochaines semaines. Concernant la procédure de destitution lancée à l’encontre de D.Trump, la Chambre des Représentants a officiellement validé l’ouverture d’une enquête, ouvrant donc la porte à une enquête en bonne et due forme. Enfin, la Fed a décidé une nouvelle fois de baisser ses taux directeurs de 25 pdb [1.50-1.75%], mais a signalé qu’il faudrait une détérioration significative de l’environnement économique pour qu’elle les baisse à nouveau en décembre. En zone euro, la croissance du PIB est ressortie à +0,2% en g.t, pareil qu’au second trimestre. La France et l’Espagne ont plutôt bien résisté au ralentissement de l’activité mondiale (respectivement +0,3% et +0,4%), l’Italie a surpris a la hausse avec 0.1% tandis que le chiffre allemand ne sortira que le 14 novembre (nous attendons une croissance nulle). Les enquêtes PMI flash d’octobre au niveau de la zone euro pointent vers une stabilisation de l’activité. En Allemagne, le PMI manufacturier continue sa chute et semble emporter avec lui le secteur des services. Comme on pouvait s’y attendre, la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée lors de sa réunion d’octobre, sans donner plus de précisions sur les divisions au sein du Conseil, sur les possibles modifications de la clé de capital dans le cadre du QE ou encore sur les outils restants à sa disposition pour atteindre l’objectif d’inflation. En Italie, les tumultes de la vie politique sont déjà de retour. La nouvelle coalition Mouvement 5 Etoiles(M5S) - Parti Démocrate a subi une défaite majeure lors des élections régionales en Ombrie, le M5S ne récoltant que 7,4% des voix contre 32,2% en 2018. L’alliance droite-extrême droite, dirigée par M.Salvini a remporté cette élection. En Espagne, la condamnation de neuf dirigeants catalans indépendantistes à des peines de prison pour sédition, malversation de fonds publics et désobéissance, ont déclenché des vagues de manifestations massives en Catalogne. Au Royaume-Uni, un nouvel accord a été trouvé avec l’Union Européenne mais ce dernier, bien qu’accepté avec 30 voix d’écart ne sera pas validé avant la date butoir du 31 octobre, les députés ayant voté contre une procédure d’adoption « express ». B.Johnson s’est alors vu contraindre par le Parlement de demander une extension, acceptée par l’UE jusqu’au 31 janvier. Enfin, après de nombreuses tractations, B.Johnson est parvenu à convoquer des élections législatives anticipées le 12 décembre. Actuellement, les sondages indiquent que les conservateurs sont assez nettement en tête, néanmoins il n’est pas à exclure de nouveaux rebondissements d’ici mi-décembre. En Chine, la croissance du PIB au T3 est tombée à 6% en g.a, son plus bas niveau depuis plus de trois décennies. Le secteur manufacturier, impacté par la guerre commerciale, est à l'origine de cette décélération de l’activité. Au niveau domestique, l'activité a mieux résisté, soutenue par des politiques accommodantes (fiscales et monétaires). Sur le marché monétaire, la courbe des taux courts a continué sa correction et son aplatissement annulant quasiment les anticipations de baisse de taux, qui n’envisagent plus qu’une baisse de 8bps à deux ans. Le 1an Eonia fixe à présent autour de -0.49%, remontant de 5bps comparé à fin septembre. Le swap Eonia forward 1 an dans 1 an fixe à présent autour de -0.525% à fin octobre. Les niveaux d’émission commencent à remonter timidement pour les « corporates » et sûrement pour les Bancaires. Les « corporates » restent majoritairement présents sur des périodes assez courtes égales ou inférieures à trois mois. Certains émetteurs manquent encore à l’émission. Sur le marché du crédit, le 2 ans primaire reste toujours le grand absent des flux d’émission. Les spreads de crédit sur l’indice court 1-3y Merrill lynch se sont resserrés d’à peu près 5points de base que ce soit sur l’indice des entreprises ou financier. Nous avons durant le mois d’octobre profiter de la correction et remontée des taux pour réaliser nos gains et clôturer notre stratégie de couverture. Les investissements se sont concentrés surtout sur un horizon à moins de 3 mois et sur le secteur des entreprises. Nous avons toutefois investi sur une émission bancaire 1 an et quelques émissions corporates dans le 6 mois. Nous avons enfin vendu les papiers les plus courts qui n’offraient plus de prime. La vie moyenne du fonds est un plus longue à 82 jours et la sensibilité aux taux est passée de 13 à 53 jours, augmentée par le dénouement de notre stratégie de couverture de taux.

Performance

Graphique de performance

Période

1 mois
3 mois
6 mois
1 an
3 ans
5 ans
8 ans
10 ans
YTD
Depuis le lancement

Date de début

Date de fin

Les chiffres cités ont trait aux années ou aux mois écoulés et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Indicateur de performance

Indicateur de performance Date de début Date de fin
- - -

Tableau de performance

Date de fin

Tableau de performance Performance nette Indicateur de performance Date de début Date de fin
- - - - -
1 mois - - - -
QTD - - - -
3 mois - - - -
6 mois - - - -
YTD - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -

Tableau de risque

Date de fin

Tableau de risque Volatilité du fonds Benchmark volatility Risque relatif (tracking error) Ratio d'information Ratio de Sharpe Beta Alpha
1 mois - - - - - - -
QTD - - - - - - -
3 mois - - - - - - -
6 mois - - - - - - -
YTD - - - - - - -
1 an - - - - - - -
3 ans - - - - - - -
5 ans - - - - - - -
8 ans - - - - - - -
10 ans - - - - - - -
Depuis le lancement - - - - - - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de début

Date de fin

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire Date Actifs sous gestion du portefeuille
- - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de la première valeur liquidative 02/02/95

Administration

Pays de distribution

Pays de distribution
Espagne
France
Pays-Bas

Frais

Frais courants 0,05%

A propos du fonds

Devise EUR
Date de début 20/01/95
Classe d'actif FIXED INCOME
Fonds RI Oui
Autorité de tutelle Autorité des Marchés Financiers

Gestion du portefeuille

Gérant Marie ZEDDA
Co-gérant Mikaël PACOT
Equipe de gestion MT Money Markets

Structure

Zone d'investissement Euro
Forme juridique FCP

Souscription et rachat

Les ordres de souscription et de rachat doivent parvenir auprès du dépositaire, chaque jour ouvré avant 12h00 (heure de Paris). La valeur liquidative sur laquelle seront exécutés les ordres de souscription et de rachat est calculée sur la base des cours de la veille. Toutefois, elle est susceptible d'être recalculée afin de tenir compte de tout évènement de marché exceptionnel survenu avant l'heure de centralisation. La date de publication de la valeur liquidative, qui n'est plus susceptible d'être recalculée , est J.L'attention des porteurs de parts est attirée sur l'existence potentielle de délais de traitement supplémentaires du fait de l'existence d'intermédiaires tels que le conseiller financier ou le distributeur.La valeur liquidative de cet OPCVM est calculée sur une base quotidienne.

Documents