AXA WF Defensive Optimal Income

ISIN LU0094159042

Dernière VL 70,0800 EUR le 15/11/19

Panorama

Objectifs d'investissement

L'objectif du Compartiment est de générer une croissance à moyen terme du capital en investissant dans un portefeuille très diversifié en termes de classes d'actifs, grâce à une approche défensive visant à limiter la volatilité annualisée à 5 %.

Risque

Profil de risque et de rendement

1 2 SRRI Value 3 4 5 6 7

La catégorie de risque est calculée sur la base de données historiques et ne constitue pas nécessairement un indicateur fiable du futur profil de risque du Compartiment. La catégorie de risque indiquée n'est pas garantie et peut évoluer avec le temps. La catégorie la plus faible n'est pas synonyme d'absence de risque.

Pourquoi ce fonds est-il dans cette catégorie ?

Le Compartiment n'est pas garanti en capital. Le Compartiment investit sur les marchés financiers et utilise des techniques et des instruments qui sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer des gains ou des pertes.

Risques additionels

Risque de crédit : risque que les émetteurs de titres de créance détenus par le Compartiment ne s'acquittent pas de leurs obligations ou voient leur note de crédit abaissée, ce qui entraînerait une baisse de la Valeur liquidative. Impact des techniques telles que les produits dérivés : certaines stratégies de gestion comportent des risques spécifiques, tels que le risque de liquidité, le risque de crédit, le risque de contrepartie, le risque légal, le risque de valorisation, le risque opérationnel et les risques liés aux actifs sous-jacents.L'utilisation de telles stratégies peut également induire un effet de levier, qui peut accroître l'effet des mouvements du marché sur le Compartiment et engendrer un risque de pertes importantes. Risques liés à la gestion discrétionnaire : pour un Compartiment donné, il existe un risque que les techniques ou stratégies d'investissement ne produisent pas les résultats escomptés et induisent des pertes pour ledit Compartiment. Les actionnaires n'ont ni le droit ni le pouvoir de participer à la gestion ou au contrôle des opérations quotidiennes du Compartiment, ni l'opportunité d'évaluer les différents placements effectués par le Compartiment ou les conditions desdits placements.

Horizon d'investissement

Ce Compartiment peut ne pas être adapté aux investisseurs qui envisagent de retirer leur capital avant 3 ans.

Commentaire du gérant : 30/09/19

Un nouveau mois, de nouvelles péripéties. D.Trump devra bel et bien faire face à une procédure de destitution à la suite de nouvelles accusations d’ingérence. En termes de données, l’indice ISM PMI manufacturier continue sa baisse tandis qu’en zone euro l’Allemagne s’essouffle et l’Italie patine. A propos de la politique monétaire, la Réserve Fédérale (FED) et la Banque Centrale Européenne (BCE) ont décidé d’adopter une position plus accommodante. Aux Etats-Unis, le parti démocrate a finalement décidé de lancer une procédure de destitution à l’encontre de D.Trump pour utilisation des moyens de l’Etat fédéral à des fins personnels. N’ayant jamais abouti à une destitution (R.Nixon a démissionné avant et Clinton disculpé), on peut douter que cette procédure puisse réellement avoir un impact sur l’actuel président, d’autant plus que la procédure peut être longue. Néanmoins, le timing joue plutôt en sa défaveur puisque les élections présidentielles ont lieu en novembre 2020. A court terme, l’indice ISM manufacturier PMI composite continue sa chute (47.8 contre 49.1 en août) tandis que sa composante New Exports Orders a refluée à un plus bas depuis fin 2008. Du côté des consommateurs, les dépenses restent dynamiques mais la confiance des ménages s’érode laissant planer un risque à moyen terme. La Fed a une nouvelle fois procédé à une baisse de taux de 25 points de base (pbs) atteignant [1.75-2%]. Nous anticipons encore un ajustement en décembre pour atteindre [1.5-1.75%] puis une pause en 2020, à moins que les récentes tensions sur le marché de la liquidité à court terme ne force la Fed à annoncer de nouvelles mesures, en particulier sur la gestion de la diminution de son bilan. En zone euro, l’indice de sentiment de la Commission Européenne (CE) reste cantonné à un niveau faible et l’indice composite PMI est tombée à 50.4, son plus bas niveau depuis juin 2013. L’activité allemande continue d’inquiéter et le gouvernement reste assez fermement opposé à l’idée d’une relance budgétaire. Malgré l’annonce d’un plan destiné à la transition écologique, ce dernier ne pèse que 0.4% du PIB (54 milliards€ sur 4 ans). La France fait de la « résistance » avec un climat des affaires en légère hausse. Lors de sa dernière réunion de politique monétaire, la BCE a décidé d’abaisser son taux de dépôt de 10 pbs à -0.5% en précisant qu’un système à deux étages serait introduit le 30 octobre, permettant ainsi d’exempter des taux négatifs une grande partie des réserves bancaires. M.Draghi a également annoncé que la BCE allait relancer un Quantitative Easing à hauteur de 20 milliards par mois à horizon illimité. Enfin, le comité a précisé que les taux resteraient bas, au moins jusqu’à mi-2020 et a conditionné une remontée des taux à une convergence de l’inflation sous-jacente vers 2%. En Italie le Partito Democratico et Movimento 5 Stelle sont parvenus à former un nouveau gouvernement mené par le précédent Premier Ministre G.Conte. Cette coalition est toutefois fragile, car des dissensions intra-parti ne sont pas à exclure (Matteo Renzi a d’ailleurs déjà quitté le PD et créé un nouveau parti). Les espagnols retourneront aux urnes le 10 novembre, faute d’accord entre le Parti Socialiste et Podemos sur la formation d’un gouvernement. En Autriche, le parti conservateur est ressorti en tête des dernières élections (37%). Les Verts, grands gagnants du scrutin (14%) devraient faire leur arrivée au gouvernement, d’autant plus que le FPÖ, parti d’extrême droite a annoncé privilégier un retour dans l’opposition. Au Royaume-Uni (R-U), le Brexit domine pour la 39ème fois l’actualité du pays (juin 2016). La Cour Suprême a infligé un sérieux revers à B.Johnson en considérant « nulle et non avenue » la suspension du Parlement. Pour respecter son engagement de délivrer « coute que coute » le Brexit, le parti Conservateur pousse pour obtenir un deal avec l’UE avant le 31 octobre. B.Johnson présentera d’ici quelques jours un plan détaillé où il est désormais envisagé de créer des « centres de dédouanage » des deux côtés de la frontière irlandaise. L’UE a néanmoins en tête que la renégociation du backstop ne concerne pas uniquement la sauvegarde des intérêts commerciaux de l’Irlande mais l’existence même de l’Union. Au Japon, la TVA est passé de 8 à 10% depuis le 1er octobre. A moyen terme, elle vise à soulager une dette publique toujours aussi importante (226% du PIB), en partie impactée par une explosion des coûts sociaux liée au vieillissement de sa population. Le gouvernement a toutefois promulgué des mesures visant à éviter une récession à court terme dont la plus importante est l’exemption des biens de première nécessité. Concernant la politique monétaire, la Banque du Japon a décidé de conserver le statu quo lors de sa dernière réunion de septembre. En Chine, le régime a fêté les 70 ans de son existence. Dans son discours, Xi jinping a précisé que « rien ne pourrait ébranler la nation ni le peuple chinois d’aller de l’avant », en référence direct aux manifestants Hongkongais ou au conflit commercial/idéologique qui l’oppose aux Etats-Unis. Pour ce qui est des derniers indicateurs économiques, l’indice PMI Caixin manufacturier a rebondi en août à 51.4 mais il est pour l’instant difficile de dissocier les effets d’anticipation liés à l’entrée en vigueur de nouveaux droits de douanes américains et l’effet du plan de relance opéré il y a quelques mois par le gouvernement chinois. En termes d’allocation, notre exposition sur les marchés actions a été stable à environ 23.41% se répartissant en 4.86% pour les Etats-Unis, 10.27% pour la zone Euro, 2.26% pour l’Europe hors Eurozone, 3.04% pour l’Asie dont 0.97% pour le Japon. Notre sélection actions représente maintenant 21.35% du portefeuille et est partiellement couverte sur la zone euro est les Etats-Unis. Notre exposition au marché des actions bancaires européennes est d’environ 0.94%. Sur la partie obligataire, nous conservons une sensibilité aux taux d’intérêts assez faible même si cette sensibilité a été augmenté par suite d’investissements ces derniers mois sur le marché du crédit pour profiter d’une prime de rendement par rapport au marché des obligations souveraines. L’allocation au crédit Investment Grade représente dorénavant environ 47.90% du portefeuille. L’allocation au Crédit High Yield a été maintenu à environ à 5.17% de l’actif avec une préférence sur au marché européen. Nous conservons notre diversification sur le fonds AXA IM WAVe Cat Bonds qui représente 0.53%. Le panier de d’obligations des pays émergents libellées en USD ou EUR représente 3.87%. Nous gardons par ailleurs ouverte notre position acheteuse des anticipations d’inflation de la Zone Euro pour environ 5% du portefeuille au regard des niveaux actuels. Notre position sur les produits monétaires a été réduite et représente ainsi environ 1.64%. Sur le mois, la performance nette du fonds est de +0.39%.

Performance

Graphique de performance

Période

1 mois
3 mois
6 mois
1 an
3 ans
5 ans
8 ans
10 ans
YTD
Depuis le lancement

Date de début

Date de fin

Les chiffres cités ont trait aux années ou aux mois écoulés et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Indicateur de performance

Indice de référence Date de début Date de fin
- - -

Tableau de performance

Date de fin

Tableau de performance Performance nette Indice de référence Date de début Date de fin
- - - - -
1 mois - - - -
QTD - - - -
3 mois - - - -
6 mois - - - -
YTD - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -
1 an - - - -
2 ans - - - -
3 ans - - - -
4 ans - - - -
5 ans - - - -
8 ans - - - -
10 ans - - - -
Depuis le lancement - - - -

Tableau de risque

Date de fin

Tableau de risque Volatilité du fonds Benchmark volatility Risque relatif (tracking error) Ratio d'information Ratio de Sharpe Beta Alpha
1 mois - - - - - - -
QTD - - - - - - -
3 mois - - - - - - -
6 mois - - - - - - -
YTD - - - - - - -
1 an - - - - - - -
3 ans - - - - - - -
5 ans - - - - - - -
8 ans - - - - - - -
10 ans - - - - - - -
Depuis le lancement - - - - - - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de début

Date de fin

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire Date Actifs sous gestion du portefeuille
- - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de la première valeur liquidative 18/01/99

Administration

Pays de distribution

Pays de distribution
Allemagne
Espagne
France
Italie
Luxembourg
Pays-Bas

Frais

Frais courants 1,25%

A propos du fonds

Devise EUR
Date de début 18/01/99
Classe d'actif MULTI-ASSETS
Fonds RI Non
Autorité de tutelle Commission de Surveillance du Secteur Financier

Gestion du portefeuille

Gérant Serge PIZEM
Co-gérant Laurent RAMSAMY
Equipe de gestion MT Asset Allocation

Structure

Zone d'investissement Global
Forme juridique SICAV

Souscription et rachat

Les ordres de souscription, de conversion ou de rachat doivent être reçus par l'Agent de Registre et de Transfert tout Jour de Valorisation au plus tard à 15h00 (heure du Luxembourg). Ces ordres seront traités sur la base de la Valeur Liquidative calculée au Jour de Valorisation suivant. Nous attirons l'attention des investisseurs sur la possibilité d'un délai de traitement supplémentaire dû à l'éventuelle participation d'intermédiaires tels que des Conseillers Financiers ou des distributeurs.La Valeur Liquidative de ce Compartiment est calculée quotidiennement.

Documents